Amitiés féminines

L’OBC? Vous ne connaissez pas cet acronyme? Ou vous en faites partie? Hé bien, l’OBC, c’est un groupe d’amies. Nous nous sommes connues il y a un peu plus de 10 ans, lors de notre bacc en communication à l’UQAM. Et depuis on ne s’est jamais perdues de vue! Des femmes merveilleuses, des amies, des soeurs!

Travaillant toutes dans le monde des communications (Internet, cinéma, télévision, radio, presse écrite, magasine féminin), nous sommes des fonceuses qui s’épaulent. Le meilleur des réseaux pour les travailleurs autonomes, c’est les amis!

Il y a aussi tous ces moments de fête et de détente partagés, tous ces soupers de filles, ces confidences, ces voyages à travers le monde, ces projets fous.

Un groupe d’amies est aussi un support moral incroyable et une inspiration très forte à poursuivre toujours le combat de la vie, la tête haute et le sourire aux lèvres!

Longue vie à l’OBC, et sachez qu’ici c’est chez vous!

Réflexion sur les plaisirs

Oui je travaille toujours à ce projet interminable. Depuis trop longtemps j’y ai pensé, ce qui m’a fait considérablement tourner en rond. Après avoir obtenu le go pour me lancer, je me suis retrouvée pétrifiée (par le travail aussi, mais bon) sans pouvoir amorcer ce nouveau projet multimédia.

Pourtant au moment où je terminais Parenthèse en 1999 je portais déjà Plaisirs en moi. C’est un projet plein de lumière et de vie.

Les plaisirs? Au départ c’était pour s’arrêter et prendre le temps de regarder la vie et toute sa force. Puis je me suis personnellement un peu embourbée dans la vie elle-même. Maintenant le temps a passé sur tout cela, et le recul me donne une force nouvelle.

Après le tournage qui eu lieu l’été dernier, et une première version de montage en décembre, me voici bientôt repartie pour un tour! Dès la semaine prochaine, je me remets à temps plein sur le projet.

Enfin en ligne

Finalement j’ai mon espace. Drôle que je sois comme un cordonnier mal chaussé. Moi une dame du multimédia, j’entre seulement dans l’ère bloguienne. Mais bon, j’aime bien relavitiviser les impératifs sociaux par ce léger décalage. Cela prouve à merveille qu’on peut bien se mettre hors de son temps pour un temps…

J’entends bien utiliser mon espace virtuel pour remettre mes pendules à l’heure. Tant de temps me file entre les doigts, et tant de choses que je veux faire. Le temps est mon thème récurrant!

Je me suis dit que je pourrais ici partager toutes ces riches discussions qui demeuraient jusque là en circuit fermé avec mes amis, mes copines, mes cousines, ma famille, mes psychologues, mes consultants matrimoniaux, mes avocats, mes massothérapeuthes, mon professeur de chant et tous mes amis imaginaires. Ah oui, et ces multiples monologues intérieurs qui deviendront peut-être des dialogues grâce à vous tous. Bon, au boulot.