Le temps de travail

Le temps me file encore entre les doigts, brûlé, consummé, déchiquetté par le travail.

Ces jours-çi l’écran m’avale complètement, et je disparais sournoisement entre les secondes pixélisées. Mon oeil rougit, et moi je persiste, acharnée, obsédée par le détail.

Étrange comme notre regard se fatigue différemment quand l’on crée pour soi et quand l’on crée pour les autres.