Utopie politique (PHU)

Il y a quelques années, dans un taxi avec mes amies Patricia et Nathalie, je donnais à la blague les grandes lignes de mon Parti politique Hautement Utopiste (PHU). Elles m’annoncaient sans ambages qu’elles voteraient pour moi demain matin. Souffle d’espoir et d’utopie. Un pas vers la RÉVOLUTION PACIFIQUE. Voici les grandes lignes de mon programme:

  1. Prorité à l’éducation: refonte avec emphase sur l’enseignement des langues, de l’histoire, de la culture et de la technologie. Enseignement de 3 langues obligatoire. Développement des écoles alternatives. Enseignement du Yoga obligatoire dès le primaire.
  2. Établissement d’un barème mondial d’agriculture biologique
  3. Mise en place de lois pour contrôler les multinationales et imposer sanctions et pénalités face aux abus sociaux et environnementaux. Pénalités fiscales sévères réinvesties dans les systèmes d’éducation et de santé. Démantèlement de monopoles néfastes.
  4. Normes environnementales très sctrictes. Kyoto? Ce n’est rien comparé aux normes à mettre en place.
  5. Développement du transport écologique. Mise en place d’un solide réseau mondial de trains. Financement d’un système non-polluant pour voitures écologiques carburants au chanvre. Exemption fiscales pour tous usagers utilisant des systèmes non polluants.
  6. Développement d’un plan d’urbanisme écologique / restructuration des banlieues / développement de logement social
  7. Protection des rivères et lutte contre la méga-agriculture. Subventions aux petits producteurs agricoles utilisant des techniques écologiques. Démentelement des super-puissances agricoles.
  8. Augmentation des subventions à la culture, stratégie long terme.
  9. Subvention au développement de l’énergie solaire et éolienne, subventions de recherches importantes pour le développement des énergies revouvelables.
  10. Mise en place d’une commisson d’enquête sur les abus de pouvoir des compagnies pharmaceutiques.
  11. Développement d’une médecine alternative et préventive à grande échelle, intégration de ces médecines à notre système de santé.

À vous maintenant, ce programme politique est en construction. J’attends vos commentaires; ce programme se modifiera, grandira, s’éclaircira au fil du temps.

Big Sur my love

 

Photo: David R. Halliday

Big Sur, California (at dusk)

L’intensité de ce lieu est difficile à décrire. Quelque chose nous dépasse. La beauté des lieux, le mélange entre pins et palmiers, le caractère sacré amené par la beat generation, les oiseaux, la mer magnifique, les routes sinueuses, la brume enveloppante, les falaises incroyables. Respirer à Big Sur aide à reprendre son air. Quelqu’un a un billet d’avion?

Migraine et ostéopathie

Le miracle semble se poursuivre pour moi: l’ostéopathie m’aide à soigner un problème vieux de près de 15 ans. Le nom de mon médecin? Jean-Luc Géhant 514-287-9024 (3875 Rue Saint-Urbain, en face de l’Hotel-Dieu)

Je me suis maintenant achettée un bouquin sur l’ostéopathie, je vous écrirai à ce sujet après mes lectures. Vous avez vu l’article dans La Presse de dimanche dernier? Cela démystifie beaucoup leur travail d’horlogers du corps humain, malheureusement méconnu. En bref: nous pouvons avoir pleinement confiance, ils sont compétents et bien formés.

Vivante (poème)

Un vent de hasards balaye ma vie enfin
Un souffle chaud inspire chaque pas à se poser encore
Devant
Le regard plein Le ventre vibrant
J’attendais tout près d’un sentier où la mousse roule
Où j’entendais la mer et le sable les yeux fermés
Maintenant mon pas reprends
Je vois la mer la houle et même le vent chaud

En bouche un goût de printemps et de vie
La sève monte et le monde tremble
Devant la beauté sidérante
Je me tiens droite les yeux enfin ouverts
Fixant le vent brûlant (vivante)

Radio Haitienne 2 / poésie

Retour de la radio: expérience toujours enrichissante de parler aux auditeurs qui furent touchés par mes mots. Une dame de 78 ans, Cécile Deveaux, dit m’avoir écoutée les yeux fermés, les mains sur les yeux, les oreilles toutes proches de son poste de radio. Elle a particulièrement été touchée par mon poème « odeur de ruelle » qui parle de Montréal, sa ville. Elle m’a prié de faire entendre ma voix plus souvent. Avec plaisir, madame. Mon prochain recueil est en route, et je prévois une partie de textes audios seuls sur le DVD, pour le plaisir des auditeurs. Elle m’a ouvert son coeur de Grand-Maman, et m’a priée d’être persévérante pour l’amour de la poésie, au delà de ses encouragements. Décidément, comme disait McLuan, la radio est un médium chaud. J’adore.

Radio Haitienne / poésie

Tout à l’heure je serai en entrevue à la radio haitienne de Montréal (de 22 heures à minuit). Entrevue, discussions et poésie en compagnie de Arol Pinder. Si vous y êtes, vous entendrez aussi la magnifique musique composée par Jean-David Caillouet (où es-tu JD, en Thailande, en Écosse? J’ai perdu ta trace…). Cette musique fut conçue pour le spectacle solo donné en 2000 à l’institut français d’Édinburgh.

« Dire » ma poésie me manque, et c’est avec grand plaisir que je renoue ce soir avec mes mots en bouche. La dernière fois c’était il y a un an, à la maison de la culture Mont-Royal, pour la journée mondiale du livre. Je ne veux plus attendre si longtemps. Les mots vibrent tant, il ne faut pas les laisser prisionniers dans les livres ou sur des écrans.

Ma poésie?

Le temps (poème)

Le temps fascine / fait peur aussi / le temps séduit / car vieillir ancre la perspective / et c’est très beau / avec la mort au bout / qui vient aussi peut-être avant / ce passage d’infinie beauté cruelle qu’est la vie / le temps flotte / s’effrite / s’allonge parfois / gardien de tout cela / crieur public de notre éperdue absurdité / indéfinissable / insaisissable / là réside sa beauté/ croquer chaque seconde / laisser fondre en bouche les minutes / sans amertume / sans regrets / sans nostalgie / la mémoire n’est rien / l’histoire n’existe pas / ou si peu / l’humainerie oublie si vite / tout est contenu dans un seul souffle /