Sommeil reposant

Ma prof de Yoga m’a refilé ce truc pour bien dormir: un petit coussin de billes couvert de soie imprégné d’odeur de lavade. La lavande a un effet calmant, et le petit coussin sur les yeux amène une détente instantanée. Sa fraîcheur agréable repose les yeux. Je dors normalement assez bien, mais avec des rêves parfois agités. Mes rêves sont des péripéties pas trop reposantes, avec des missions où je suis agent secret, des poursuistes, des châteaux hantés, des morts-vivants, des méchants, des chiens géants et des monstres. Bien sûr je m’envolle toujours pour échapper de justesse au pire, dans un dénouement plutôt positif, mais c’est pas trop calme. Le petit coussin sur les yeux a réussi à ralentir ma course folle dans la nuit. J’ai dormi très profondément. Hier j’avais un vol tranquille au-dessus de Paris, pénard. Le pied, mais doux. Mon sommeil m’a semblé plus réparateur. Je me lève ce matin facilement, et avec beaucoup d’énergie.

Rêve et réalité

Lire mon bouquin de visualisation porte fruit. Je me sens très créatrice, et très actrice de ma vie aussi. Je la prends par les cornes, avec un grand sourire. Je viens de réserver mon billet. Je pars vers l’Asie, enfin. Bangkok, Taipe, Honk-Kong, Shangai. Je sens déjà les odeurs, je vois déjà les couleurs, je goûte déjà les mets épicés, j’entends déjà la musique des langues asiatiques. Et je sens déjà toutes les joies du voyage; ces visages, ces paysages, ces mythes urbains. Je vais faire le plein de vie et de conscience. Je vibre. J’adore le Québec, et il sera encore plus beau à mon retour, alors que j’aurai exploré d’autres univers, vu des splendeurs ailleurs. Je m’ennuie de la forêt. Je vais essayer d’aller y faire un tour avant de partir. Je m’ennuie des rivières et des beautés de la nature. Mais elles sont partout sur la terre ces beautés, et elles n’attendent qu’à être vues, vénérées, carressées. J’arrive, je flye vers elles.