Lousser le chant d’amour

Se perdre dans le temps de l’autre dans une suspension sidérale. Tant de mots, de gestes et d’utopies partagées sans retenue, dans une désinvolture touchante et profonde. Rencontrer son alter ego là où on ne l’attendait pas. Croire et rêver sur le tempo de l’autre. Trouver des résonnances insondables, dans des zones de l’âme et du corps où l’on ignorait que c’était possible. To go behond the words and more. Behond the time, behond the sky. Dans les rires et les reflets de la peau, du coeur au hara, se synchroniser du digital au charnel, de l’aurore au crépuscule. Trouver ces quelques lignes réductrices pour vous chanter tout mon amour pour lui, tout notre amour l’un dans l’autre, l’un pour l’autre, l’un avec l’autre. Me foutre éperduement des incrédules et des sceptiques qui réduisent cette force vive que je sens vibrer entre nous à une simple passion. Le temps est un merveilleux révélateur, et je veux le laisser faire naître tous nos contrastes, nos niveaux de gris, nos demi-tons, nos profondeurs, nos points de fuite, nos avant-plans, notre précision dans le grain si subtil. Et fixer tout cela. Vous verrez, vous verrez bien comme c’est beau et grand.