L’amour des mots

J’écris depuis toujours, depuis je sais écrire. J’écris des poèmes depuis l’âge de 8 ans. Je me souviens de ces petites histoires de flocons et d’hiver. Je dessinais à côté de mes poèmes d’enfant. Puis les années ont passé, et à l’adolescence ma passion fut confirmée: j’étais amoureuse de l’écriture. Je remplissais des cahiers entiers par plaisir de l’écriture, par rendez-vous avec moi-même

J’écrivais aussi des correspondance avec ma grande amie d’enfance, Véro. Nous échangions des cahiers où nous racontions des tranches de vie. De 12 à 16 ans, nous avons remplis 7 ou 8 cahiers. Nous avions réinventé le journal intime. Elle était ma voisine et ma meilleure amie. Je me souviens de ma joie le matin alors que je trouvais le cahier tout froid dans ma boîte aux lettres. Je lisais ses histoires, ses partages, ses confidences, ses questions. Nous étions liées par l’écriture et par la vie. Le soir, je lui répondais en partageant à mon tour mes doutes et mes angoisses, mes rêves et mes espoirs d’adolescente. Nous mettions des photos, des dessins, des folies, des parfums dans ces cahiers. C’est fascinant de les lire à nouveau. De voir cette belle évolution entre 12 et 16 ans, quelques années, mais une planète. Nous avons couché sur le papier le passage de l’enfance à la vie de petite femme. Nos priorités et nos questionnements démontrent de ce changement. À 12 ans, on discutait de recettes et de notre prochaine visite au Mail Montenach, le Centre d’achat du coin. À 16 ans, nous parlions du nom de nos futurs enfants, de nos rêves de carrière, de nos amours tourmentées et de nos premières blessures amoureuses.

Parenthèse:
J’ai malheureusement perdu trace de cette belle amitié forte, dans quelques dédales d’un corridor de Cegep, nos chemins se sont séparés, je ne sais plus trop bien pourquoi. Elle est psychiatre aujourd’hui, et mère de deux jeunes garçons. Je ne sais pas leurs noms. Je suis sûre qu’ils sont beaux ses petits hommes. J’aimerai bien la contacter. Je cherche parfois sa trace sur Internet, sans succès. Je ne l’ai pas revue depuis dix ans. Je pense encore à elle souvent. Je sais qu’elle pense à moi aussi. Mais ceci est une autre histoire.

Mon amour de l’écriture a continué à évoluer pendant ma vie. Toute mon adolescence, j’ai écris plusieurs poèmes d’amour et mes premiers textes érotiques. J’avais un grand plaisir à les lire à haute voix. Ensuite, j’ai étudié en communication et j’ai tenté le journalisme. Pas pour moi. Loin de la poésie, rechercher l’information exacte et couper les métaphores ne m’allait pas. Mon excellent professeur Jacques Larue-Langlois, tristement décédé l’an dernier, me l’avait clairement dit. Je crois qu’il m’aimait bien. Il m’a fait sentir que j’avais un certain talent pour l’écriture, mais pas journalistique…

Ensuite, au début de ma vingtaine, j’ai croisé le chemin de quelques écrivailleux; des poètes, des conteurs, des écrivains, des scénaristes. Certains furent mes amants, d’autres mes amours ou mes amis. Certaines de ces amitiés font encore partie de ma vie maintenant. J’écrivais alors comme aujourd’hui, avec emportement et passion. Cela a donné un premier recueil de poème, publié chez Planète rebelle: Mordre.

Et maintenant, comme plusieurs d’entes vous savez, je prépare le second, L’emportement, toujours chez Planète rebelle. Et j’adore tout autant l’écriture racontée. J’ai eu un énorme plaisir et une grande satisfaction à entendre mes mots dans la bouche de Suzanne Clément lors de l’enregistrement de la narration de mon film Plaisirs. Et bientôt j’enregistrerai quelques poèmes audio pour le DVD qui viendra avec ce livre-DVD. Cadeau des mots à moi-même: mots écris du livre, mots-images du film, mots-narration du film, mots-dits de mes poèmes. Poésie sur tous les temps. Et les médiums.

Recherche compagnie pour faire site web

Appel de manifestations d’intérêt

Le Forum jeunesse de l’île de Montréal en collaboration avec la ville de Montréal est à la recherche d’une compagnie intéressée à réaliser un site WEB à l’intention de la relève artistique montréalaise. Les objectifs visés par ce site sont de faciliter l’accès à l’information pour les jeunes artistes et leur offrir un lieu virtuel de discussion et de réseautage. Ce site devra répertorier l’ensemble de l’information nécessaire au développement professionnel des artistes de la relève issus de toutes les disciplines artistiques. De plus, ce site incluera une section interactive comprenant un blog ou forum de discussion.

Nous recherchons une jeune compagnie professionnelle et dynamique dans le milieu WEB et nous souhaitons voir son porte-folio. Cette compagnie doit avoir 3 ans d’expérience dans la conception de site Internet d’envergure. Veuillez indiquer si votre compagnie peut effectuer de la recherche de contenu. Pour davantage d’informations sur le projet : http://www.artsmontreal.org/releve.php.

L’échéancier de travail prévoit de débuter le projet en mars 2006. Le lancement du site est prévu pour septembre 2006.

Faites parvenir votre curriculum vitae ou une présentation à :
(Les personnes/entreprises retenues seront invitées à faire une soumission)
Elisa Belhache
Coordonnatrice – Outiller la relève artistique
Conseil des arts de Montréal
3450, rue Saint-Urbain
Montréal, H2X 2N5
(514) 280-3724
elisa.belhache@cum.qc.ca

info: www.artsmontreal.org/releve.php

Date limite pour transmettre vos manifestations d’intérêt : le 10 février 2006

Poème d’amour du dimanche

Encore le temps qui passe si bien pour nous / lovés d’amour / toutes émotions enchâssées / forteresse multiple de nos corps liés / solidement ancrés dans nos vies qui se multiplient dans la beauté et les douleurs

Fondue à son sourire sa force sa fougue ses joies ses tristesses/ je me déploie fière et fragile/ je me conjugue encore à ses temps / prête à suivre son tempo comme il se rime au mien / comme il brave mes houles et mes mines sombres / comme il vainc mes angoisses absurdes de femme angoissée / comme nous rimons nos rires dans tous les dédales des soubresauts de la vie / chemin ardu difficile parfois / aride et rocailleux / amer et sombre tracé de vies / pavées d’épreuves qui la rendent si précieuse / là où on s’accroche à deux solidement / pour rendre toute cette vie poncée fragile par nos douceurs quotidiennes / la vie lavée par les baisers les caresses les mots doux les gestes pour l’autre / multipliés d’amour / vibrer en grande écoute et en parlure entière / force foudroyante superbe fontaine osmose à nos joies transparentes / mes larmes de douleurs lavées par sa bouche / mon corps tordu absous par son sang / boire l’amour à mêmes nos joies rivées à une paix forte et belle / lumière à l’oeil de voir croître encore cet amour / conviction saine et grande de l’exponentiel des vies / rires légers et silences de respect pour la grandeur de ce qui est là

Oui nous sommes chanceux de reconnaître toute cette beauté / oui nous sommes choyés de nous être trouvés / oui je suis comblée de l’avoir fait entrer dans ma vie par tous mes pores mon âme mes rêves mes désirs mes espoirs