En direct de Newcastle

Extrait d’un courriel envoyé aujourd’hui à ma mère:

C’est très beau ici. Ginelle et Paul-André sont d’une gentillesse fort agréable. Ils m’ont offerts des jonquilles, car c’est bel et bien le printemps ici. Les croqus fleurissent partout dans les parterres, en retard d’un mois.

Je suis installée comme à la maison, dans cet appartement luxueux qui donne vue sur les superbes immeubles de la ville, l’architechture rapelle Paris et Edinboug. J’avais presque oublié la beauté saisissante de l’architechture européenne, de l’art présent partout, de ces scpultures modernes et anciennes si bien intégrées.

J’entends la nuit les cris des fêtards qui sortent des pubs, les foules très peu habillées dans le froid humide de ce printemps anglais si frais encore. Ils aiment faire la fête et boire de la bière ici, beaucoup…

Je me sens très bien et calme. Le tournage se déroule assez bien, bien que je voudrais en faire davantage. Mais ce n’est pas la liberté totale de mouvement quand on est seule pour tout faire; caméra, son, organisation. Mais je me débrouille bien quand même, mon expérience aidant, et mon anglais aussi. Je suis ici chez moi, c’est très étrange. En fait je pense que je suis de ce type de personne qui peut se sentir partout chez elle, cadeau et legs de vos habitudes voyageuses que vous m’avez si bien transmises. (…)