Camping

Je viens de passer plus d’une heure à rêver/planifier les jours de soleil dont nous rêvons pour juillet… Je suis étonnée de voir que plusieurs terrains de camping sont déjà réservés pour juin, juillet et août!

Lapin aux pruneaux:

– 1 Lapin
– un sac de pruneaux dénoyautés
– moutarde forte
– huile, beure, sel, poivres, piments forts (facultatifs les piments)
– un peu de farine
– 1 poireau (chez nous on dit poreau, ici je dis leek)
– vin blanc

Découper le lapin ou le faire découper par le boucher.

Rouler les morceaux dans la farine, le sel, le poivre. Faire revenir et dorer à la poile (dans l’huile) avec les petits piments tranchés fin et la moutarde forte. Mettre de côté.
Faire revenir les leeks dans le beure bruni, ajouter les pruneaux.
Foutre tout ce beaux monde dans une seule casserole, couvrir avec vin blanc sec, un petit extra de moutarde, brasser le tout.
Laisser mijoter et réduire pendant 45 min. (toujours s’assurer d’avoir assez de jus afin de ne pas brûler le tout, au besoin ajouter de l’eau).

Servir avec croquettes de pommes de terres.

Bon appétit!

Merci!

Hier soir, soir de première de PLAISIRS, le film, et lancement de L’EMPORTEMENT. Enfin. Accouchement tout en douceur, avec beaucoup d’amour et de joie autours de moi. Une soixantaine de personnes, un lancement avec des fleurs et du vin, un rayon de soleil et plus de soixantes sourires. Tellement de mercis. J’ai reçu un grand cadeau hier, de voir tous ces gens déballer le cadeau que je leur offrais avec tout mon coeur. Des gens touchés, émus, lumineux. Un gros bouquet de fleurs de pommiers dans les bras, mes amis chers, ma famille, mes invités au banquet du film, l’équipe du tournage, quelques bloggueurs. Je suis sereine. Le film et le livre doivent vivre par eux-mêmes maintenant. Comme une maman, je vais les regarder faire leur chemin tout seul, comme des grands. Des belles promesses pour leur avenir…

Vous avez manqué l’événement? Il n’est pas trop tard pour tout voir…

Inspiration alimentaire

Mon chéri c’est mis en tête de perdre encore du poids. Je l’encourage. Je l’aime comme ça parce qu’il est très confortable pour moi, mais pour lui question santé c’est jamais mauvais de slaquer les kilos de trop.

Hier soir, au moment de s’endormir (toute suite après nos ébats-again-houaaa-laouu-wow), il me lance:
– Demain dans les pains pita des lunch des enfants je vais rapper des carottes avec le baba-ganouch.
Moi:
– Je te motive vraiment, mon amour!

Son rire résonne, vibre dans mes entrailles et dans mon coeur-emporté-shlaks.

Mon grand Amour lit les étiquettes des biscuits avant de les achetter maintenant. Si sucre en premier, niet. J’ai une bonne inluence, visiblement. Et j’ai réussi à le faire résister à la tentation du big-mac en fin de semaine. On était entrés dans le lieu-dit de consommation mcdonalienne, et j’ai simplement dit sur un ton détaché: « il y a beaucoup de sucre dans ce pain, tu sais ». Il a tourné les talons, même pas fâché de mon manque d’enthousiasme face au hamberger dégoulinant de sauce magique. Faut dire que je lui ai promis un berger maison d’agneau hâché.

Bon, mon tour maintenant de me motiver de reprendre mes bonnes habitudes yogiques. J’ai perdu ma routine du matin dans les détours de mes dernières semaines (mois) de rush. C’est facsinant comme c’était facile avant pour moi avant de me lever et hop-là-on-s’étire. Maintenant j’ai perdu l’élan. Mais bon, disons qu’on fait quand même beaucoup de bons exercices cardios quotidiens. On arrête pas de foutre notre lit montréalais par terre. On a beau revisser les planches, ça flanche à tout coup. La pauvre voisine doit vraiment se demander ce qu’on détruit si souvent… Mais j’ai une question quizz pour vous: est-ce que c’est normal de faire des presque-crises d’asthme lors des activités sexuelles?