Compost: obligation morale

Souvent les gens me demandent: « mais pourquoi je ferais du compost?» ou encore « mais je le mettrais où? »

Lu un article dans le magazine la maison du 21e siècle:

« Les déchets putréscibles représentent 40% de nos rebuts. Dans les sites d’enfouissement, il génèrent du méthane, un puissant gaz à effet de serre.»

En bref, si vous compostez ces déchets, ils se retrouvent plutôt comme une source organique qui nourrit la terre, car ils ne sont pas contaminés par les autres rebuts. Ils ne se décomposent pas à ciel ouvert. Sachez que le méthane est le premier gaz nocif sur la liste des pollueurs terrestres, devant le gaz carbonique de nos voitures. Et où mettre le compost (qui forme une belle terre noire qui sent bon)? Mais sur la terre, parbleu! N’importe où et partout: autours des arbres, dans vos bacs à fleur, dans votre cour, dans celle de votre voisin, dans le parc du coin, dans vos plantes à l’intérieur. Vivement des mesures incitatives mises en place par les villes et les municipalités afin d’encourager cette pratique, et d’informer les gens.

Jour de la lenteur

Aujourd’hui au Parc Lafontaine vous pouvez prendre le temps. Et c’est gratuit. J’arrive d’un atelier de Yoga, au soleil, avec les arbres du magnifique parc et les nuages qui passent. Un joueur de harpe, des enfants qui jouent. Tout à l’heure un atelier de jonglerie où j’amène les garçons. Un atelier de Chi-Kong pour l’amoureux. Du pain bio à donner. Un atelier de rire. Du soleil. De l’eau. Des plantes qui poussent. Des sourires. Des hammacs. Toute la journée. Gratuit. Ne manque plus que vous.

Pourquoi c’est pas tous les jours le 21 juin?

Correspondance avec Marie

Mamzelle Marie m’écrit ceci:
J’avais passé une affreuse journée, triste et lourde.

le soir venu, sur la table, près de la fenêtre, dans ma cuisine jaune soleil, un bouquet de lilas qui chatouille chaque parcelle de mon appartement.
Et sur l’écran, Plaisirs, le film.
et quel film.
Mon tendre amoureux et moi avons adoré, nous aurions voulu y être..

Merci.
Merci pour ce doux médicament pour l’âme et tous ces sourires contagieux qui dansent et flirt à travers fleurs, fruits et rivières.

Merci beaucoup.

Et de lui répondre:

Merci Marie pour ce mot de soleil.
Je suis heureuse que mon film t’ai touché.
Je l’ai fait précisément pour provoquer le bien-être et les sourires.
Pour se dire que la vie est parfois légère et douce
tendre et généreuse
et que les humains qui la peuplent sont des petits morceaux de bonheur
quand on se donne la peine de ralentrir
pour regarder leurs yeux, leurs sourires, leurs mots.

merci d’être si bon public!
au plaisir!
Miss Yannou

Maman oiseau


J’ai toujours adoré faire mon nid. Mes plus lointains souvenirs me ramènent à mon enfance où je fabriquais toujours des « cabanes »; en coussins, en couvertures, en serviettes de plage, en bois ou imaginaires. J’ai aussi fabriqué les plans de passages secrets entre les murs de la maison parentale. J’ai élaboré des plans pour adapter le cabanon du jardin de mon père en somptueuse demeure pour mes poupées, mes camions préférés et moi. Puis j’ai grandit. J’ai ensuite pris un plaisir sans nom à imaginer des plans de maisons. Des maisons rondes. (D’ailleurs, mon homme et moi avons été sidéré de voir que nous avions dans notre enfance des plans de maisons rondes en commun!) Mes premiers appartements furent un délice pour moi. Faire mon propre monde, avec mes « patentes », ma déco, ma personnalité tartinée sur les murs. Faire mon nid, toujours. Ensuite j’ai habité en europe dans un superbe appartement du début du siècle, avec vue sur la mer du Nord. J’y ai mis ma touche; réaménagé la cuisine, la salle de bain, fait mon bureau, peint une murale. Je peint toujours (ou souvent) des murales, cerclées de poésie, là où j’habite. Depuis plusieurs années, je rêve de construire ma maison écologique, faite de matériaux récupérés, recyclés. Je partage ce rêve avec mon grand amour. Mais nous saurons attendre le bon timming. En attendant, depuis quelques mois, j’ai la chance de partager une maison avec mon homme. Elle n’est pas écologique, mais c’est une vraie maison avec une grande cour, et non pas un appartement. Alors je fais ma trace, avec lui. On résonne au diapason de nos goûts communs. La maison nous ressemble maintenant. Je suis très contente du résultat. C’est vivant, doux et calme. Beaucoup de vert, des images de mes voyages, nos photos, des livres, des plantes, des fleurs, un mur rouge, des jouets et des bandes-dessinées. Ici, ça vibre maintenant de notre énergie à nous, et aux enfants. J’ai hâte de faire des fêtes et de recevoir ici. Les anniversaires arrivent bientôt, et le beau temps avec eux.