Maman oiseau


J’ai toujours adoré faire mon nid. Mes plus lointains souvenirs me ramènent à mon enfance où je fabriquais toujours des « cabanes »; en coussins, en couvertures, en serviettes de plage, en bois ou imaginaires. J’ai aussi fabriqué les plans de passages secrets entre les murs de la maison parentale. J’ai élaboré des plans pour adapter le cabanon du jardin de mon père en somptueuse demeure pour mes poupées, mes camions préférés et moi. Puis j’ai grandit. J’ai ensuite pris un plaisir sans nom à imaginer des plans de maisons. Des maisons rondes. (D’ailleurs, mon homme et moi avons été sidéré de voir que nous avions dans notre enfance des plans de maisons rondes en commun!) Mes premiers appartements furent un délice pour moi. Faire mon propre monde, avec mes « patentes », ma déco, ma personnalité tartinée sur les murs. Faire mon nid, toujours. Ensuite j’ai habité en europe dans un superbe appartement du début du siècle, avec vue sur la mer du Nord. J’y ai mis ma touche; réaménagé la cuisine, la salle de bain, fait mon bureau, peint une murale. Je peint toujours (ou souvent) des murales, cerclées de poésie, là où j’habite. Depuis plusieurs années, je rêve de construire ma maison écologique, faite de matériaux récupérés, recyclés. Je partage ce rêve avec mon grand amour. Mais nous saurons attendre le bon timming. En attendant, depuis quelques mois, j’ai la chance de partager une maison avec mon homme. Elle n’est pas écologique, mais c’est une vraie maison avec une grande cour, et non pas un appartement. Alors je fais ma trace, avec lui. On résonne au diapason de nos goûts communs. La maison nous ressemble maintenant. Je suis très contente du résultat. C’est vivant, doux et calme. Beaucoup de vert, des images de mes voyages, nos photos, des livres, des plantes, des fleurs, un mur rouge, des jouets et des bandes-dessinées. Ici, ça vibre maintenant de notre énergie à nous, et aux enfants. J’ai hâte de faire des fêtes et de recevoir ici. Les anniversaires arrivent bientôt, et le beau temps avec eux.