Ce qui touche

Ce matin j’avais les oreilles neuves. J’ai posé mes écouteurs dessus. « Will You Follow Me » d’Ariane Moffat. Sans savoir pourquoi, sans raison particulière, larmes. Comme ça. Touchée. Parce que. Parce que je suis sensible. Vibrante. Parce que je carbure aux émotions. J’attends toujours le moment d’être transportée. C’est ma source, ma vie. C’est par ces émotions que je fais mon travail. C’est aussi par ces émotions que parfois je ne fais pas mon travail. Je suis une indisciplinée qui se discipline. Je tâche de rendre mes débordements affectifs fonctionnels. Je me cadre, je me propulse dans une direction, et j’opère. Sauf que parfois j’ai un peu de difficulté à partir le moteur, parce que je dois vibrer pour travailler. Parfois je me contraint et j’arrive à faire des choses alors que je travaille avec ma tête. Mais mon coeur fini toujours par embarquer.
*
Je vous ai déjà dit que je veux un piano?
*
Je suis une artiste. Jusqu’au bout des ongles. Je vis de création. Parfois on me dit que je suis chanceuse. Peut-être. Un peu. Ou beaucoup. Mais j’ai fait de la place à la chance dans ma vie. Je lui donne de l’air pour qu’elle arrive, la chance. Comme de partir vivre à l’étanger en laissant tout derière soi pour quelques années. Comme de ne pas faire de 9 à 5 dans une grosse compagnie. Comme de laisser entrer dans ma vie un homme qui a trois enfants. Comme disent les vieux, on a juste une vie à vivre. Vrai.

Pour plusieurs personnes, ce mode de vie est risqué, impensable. Pour moi, c’est l’évidence. C’est un mode de vie où je m’appelle liberté. Je n’ai pas de limites. Je fais. Je tâche d’être dans l’action, de faire ce que je veux, mais de toujours le pousser jusqu’au bout. Dans le respect. Respect des autres, de moi. Avec un idéalisme qui peut paraître naif. Parfois je suis découragée, parfois je me sens lasse, dépassée, indisciplinée. Ce qui me ramène est la réalité, les pieds dans le sol, les balises sociales, les obligations. Mais une fois lancée, tout roule. Je me demande quand même quel genre de société nous aurions si davantage d’individus adoptaient ce mode de fonctionnement? Si tout le monde avait un travail qu’ils aiment, une vie qu’ils aiment, un amour qu’ils aiment?