Rêves

La nuit je rêve beaucoup. Et le matin, je me souviens de mes rêves. Toute ma vie, j’ai toujours beaucoup rêvé. Des rêves parfois absurdes, remplis de suspense et d’aventures, de voyages et de poursuites, parfois sereins, parfois angoissés. Mes rêves racontés au matin sont parfois essouflants pour les auditeurs. Moi j’aime bien me souvenir de tous ces détails qu’on oublie si on ne les raconte pas tout de suite. On dit que les rêves révèlent des choses sur les gens, qu’ils aident à comprendre notre subconcsient, à prendre de la perspective. Il existe une foule de bouquins pour interpréter les rêves. C’est parfois fascicant. Les grands symboles sont connus: le serpent est un symbole phallique (sexuel), le cheval symbolise la famille, l’eau la sexualité, le fait de voler serait caractéritique des gens heureux. Moi je rêve souvent que je vole. J’ai mes techniques de vol; je prends mon élan en course, puis les bras en avant je quitte le sol doucement. Je ne vole jamais très haut (entre 10 et 100 pieds), et je vole très vite. Je survole très souvent de l’eau. Alors on peut dire que je suis heureuse en planant sur ma sexualité?
*
La nuit passée, j’ai rêvé à de très gros dauphins géants. Ils étaient très doux, et je nageais avec eux, me prenant à leur nageoire pour me faire entraîner sous l’eau. C’était très amusant. Chose étrange, les dauphins avaient du poil très doux (une grosse peluche noir et blanc) et nageaient dans une rivière en eau douce. Le fond de la rivère était tristement pollué de débris. À la fin du parcours, j’ai dû monter dans une balançoire suspendue à une grue qui montait vraiment très haut (j’avais un peu peur) face à une bibliothèque remplie de livres, et redescendait de l’autre côté, du côté de la rivière aux dauphins.