Piano

Je rêve encore de piano qui m’enveloppe. Bientôt oui bientôt je saurai en apprivoiser un, le capturer et le garder dans ma maison. Puis je laisserai mes doigts courrir sur son do, encore et encore, jusqu’à l’envoûter un peu. Puis ce sera lui qui m’envoûtera. Je serai patiente, disciplinée. Je ferai mes gammes sur ses touches blanches et noires. J’apprendrai pas à pas les mélodies que j’aime et que je rêve de jouer toute seule depuis plusieurs années: Brel, Férré, Desjardins, mais aussi Chopin, Satie. Et surtout: me laisser aller à ce piano. Me donner langoureusement à lui. Laisser naître la musique comme je laisse naître mes poèmes. Spontanément, physiquement, passionnément. Mon amour de la musique pourra me transpercer enfin, vivre et vibrer par mes mains. Mon piano j’en rêve. Je l’aurai un jour.

Vous avez un tuyau pour des piano usagés?

Agneau aux aubergines et tomates sèchées

Ce soir, un mium simple et bien senti que je partage avec vous. Improvisation libre sur le thème méritéranéen. Recette pour deux personnes.

– Deux tranches d’agneau
– Purée de tomates sèchées à l’ail et piments fort
– Demie aubergine tranchée mince, en petits cubes
– Chédar fort

Faire frire les aubergines fines dans l’huile (garder un peu d’aubergines de côté). Ajouter la purée de tomates sèchées. Ajouter une tasse et demie d’eau pour laisser mijoter, sans couvercle. Réserver le mélange. Faire frire la viande, bien saisie pour brunir 3 minutes. Couvrir du mélange d’aubergine, ajouter quelques tranches fines d’aubergines crues. Laisser cuire à cuisson désirée de la viande. Fermer le feu et couvrir, avec le fromage réparti sur la viande et les aubergines.

Servir avec un couscous aux raisins secs.
Nous l’avons mangé avec une salade aux noix de grenobles, feta et sirop d’érable pour terminer le repas.
Nous avions le sourire aux lèvres.