Ainsi va la vie

Mon grand-père que j’adore est très malade, atteint d’un cancer, depuis plus d’un an. Comme tout moment de grande intensité dans la vie, juste alors que nous nous préparons à célébrer notre mariage, voilà que mes chers grands-parents ne se portent pas bien du tout. Je veux qu’ils se sentent en paix de ne pas venir physiquement à la fête. Ils seront là de toute façon quoiqu’il advienne. Ils m’ont tant légué, ils m’ont tant donné d’amour, ils m’ont tant appris. Ils sont toujours une grande inspiration pour moi; gourmandise, petits plaisirs, grands rires et taquineries, cette volonté de prendre la vie du bon côté, de toujours rester fort, cette grande force de caractère. Ils ont cette volonté qu’on les gens qui ont choisi de refaire leur vie à l’étranger, loin de la terre qui leur a donné naissance. Mais ce que mon Parrain et ma Marraine portent surtout en eux et qu’ils m’ont transmis c’est l’amour inconditionnel, qu’ils portent en eux comme un étendard de vie. Un amour qu’ils se portent l’un pour l’autre, un amour pour leurs enfants, pour leur petite fille, et un amour de la vie si beau et grand. Je sais que cette grande force à permis à mon grand-père de rester si longtemps encore avec nous, alors que les médecins nous avaient préparé au pire. Maintenant, il est très fatigué, il a mal. Je voudrais qu’il se repose. Demain je vais les voir pour les aider un peu. Ils ont enfin accepté un peu d’aide.

Bien sûr, j’aurais voulu passer encore beaucoup plus de temps avec eux, avec lui. Pour qu’il me raconte son enfance dans la Belgique d’avant-guerre, pour qu’il me raconte son adolescence de jeune jardinier pendant la guerre, pour qu’il me raconte encore et encore la rencontre avec Marraine, si belle et jeune. J’aurais voulu entendre le récit du grand voyage en 1952, cette traversée avec deux enfants sur un grand paquebot, l’arrivée dans un Québec rural, les temps plus difficiles, puis ses succès, le bon travail trouvé à l’usine, la maison, l’arrivée de ma tante, puis sa carrière de Maire de municipalité. Qu’il me raconte aussi toute sa fierté et sa force d’avoir si bien servi sa communauté pendant 30 ans.

J’ai la chance de très bien connaître mes grands-parents, d’avoir passé de nombreuses heures à les écouter me raconter toutes leurs histoires passionnantes. C’est un cadeau magnifique, une richesse infinie de les avoir eu dans ma vie toujours si près de moi, de les avoir comme amis, en toute confiance, avec tout cet amour. Je connais déjà bien toutes ces histoires incroyables qui ont tissé leurs vies, leurs drames, leurs voyages, leurs rêves, leurs espoirs. Je pourrais les écouter me raconter tout cela, avec de nouveaux détails, encore et encore. Mais ils peuvent se reposer, je connais bien l’histoire. Je vous la raconterai, un jour.