Vagues

Sillons étranges qui sonnent l’appel d’une raison stable
Je puise à même la source pour retrouver l’équilibre
Je suis une femme qui tangue sur la mer de la vie
Le temps efface tout – reste la mémoire
Et le murmure des flots qui engouffre les souvenirs
L’océan plus grand que nous retrouvera son calme

J’ai besoin de soleil pour éclairer ma route
Mais où est-il dans ce printemps au goût d’automne?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.