Production indépendante

Je fais mes productions vidéos et multimédias depuis un peu plus de 10 ans. Je suis complètement automone, avec compétences et outils pour franchir toutes les étapes d’une production. Je suis arrivée là par choix, au prix de sacrifices, d’une indépendance d’esprit et d’un certain courage. Je suis en pleine possession de mes moyens, complètement libre. Cela veut aussi dire que je dois me battre pour trouver des fonds. Normal. Ça va. Mais ce que je trouve le plus difficile, et qui me décourage de plus en plus, c’est le défi de la diffusion et de la promotion des oeuvres une fois réalisées. C’est l’autre moitié du travail, aussi importante que la production elle-même. Sans diffusion, personne ne voit le travail effectué. Faire des films sans les montrer, c’est un coup d’épé dans l’eau. C’est vraiment très frustrant. Surtout quand on est satisfait du film, et qu’on sait qu’il pourrait plaire au public, l’émouvoir, lui apporter une vision du monde revisitée. J’en ai marre. Et je vois aussi ce que qu’apporte cette frustration à l’artiste: je deviens amère et en colère.

Un jour que je faisais une entrevue avec des producteurs, on me lance à la volée: « pourquoi tu ne t’intéresse qu’à ce qui est marginal? » Sourire cynique. La danse, la passion, le bonheur, le fantastique, le documentaire… soupir…

Je veux bien, moi, faire autre chose. Ce qui me tiens à coeur en ce moment? J’aimerais faire un film/une série télé qui parle de santé et de médecine. Ce qu’on me réponds à ce sujet? C’est un sujet déjà beaucoup traité, vous savez. Ben oui, je l’sais *bip*. C’est justement pour cette raison que je veux parler de ça!