Croire (spiritualité, technologie, écologie)

J’avais premièrement écris le tire suivant: « avoir la foi ». Puis je me suis ravisée. Un titre comme cela fait peur, me catalogue illico comme une freak finie. Et voilà tout le problème, c’est un grand tabou dans notre monde scientifique et intellectuel que d’avoir la foi. Et je ne parle pas uniquement de spiritualité, je parle aussi d’utopies, de rêves techno-socio-politiques. Moi je me lance, je mords dans la vie, et j’y crois. À la vie, à l’amour, aux utopies politiques. Et au divin. Ben oui, j’ai non seulement le droit, mais j’ose l’écrire. Ce que je réalise aujourd’hui est la solitude à laquelle nous confronte parfois le fait de croire, en Dieu ou autre chose. Idem pour mes convictions révolutionnaires qui passent par l’Internet. Quand je rencontre des gens qui ne comprennent pas toute la puissance de l’Internet 2.0 et de leurs réseaux sociaux, de la liberté d’expression et du droit d’auteur revisité en collectivité, je me sens parfois très seule, et je suis animée d’une volonté très forte de devoir « convertir » l’autre. Puis je me lasse, et je me dis qu’ils doivent aussi faire leur bout de chemin tous seuls. On ne prêche pas dans le désert. Je ressens la même chose fasse aux hurluberlus qui laissent tourner leur moteur au soleil en plein coeur de l’été. Et encore une fois devant les gouvernements et les individus qui nient grossièrement la nécéssité de réduire nos déchets et nos émissions polluantes. Les bras m’en tombent, je suis muette de stupéfaction, abasourdie devant l’ampleur de la tâche pour expliquer et faire comprendre l’évidence pour moi.