Jardin

Une maison au bout d’une route. Sous les arbres, un peu de fraîcheur. Des tâches de soleil me font sourire, alors que mes pas font crisser le chemin, mes sandales épousent les petits caillous brûlants. La chaleur oppressante est rendue plus légère par le chants des oiseaux qui se précipitent vers le ruisseau en contrebas. On imagine cette eau qui embrasse la moiteur de la peau lourde. Les insectes font la fête bruyamment. Je ferme les yeux à l’approche de la maison. Une bonne odeur m’enveloppe, car la cuisson du repas du soir lance des effluves par les fenêtres grandes ouvertes, parées de rideaux nonchalants qui flottent doucement. Ma robe légère tombera bientôt, quand je me glisserai enfin entre les rochers dans les bouillons blancs et l’eau claire qui rendent l’été si délicieux. Je me laisserai flotter en observant les saules et les peupliers aux feuilles dansantes. Des rires au loin. Des amis approchent. Ils arrivent pour la nuit.

Je voudrais que tout cela soit vrai. Bientôt des Vacances.