Civisme aux tomates

Quand je croise une personne dans la rue qui me sourit, je lui souris. Je salue mes voisins. Si une altercation survient entre deux personnes et que je peux intervenir pour ramener le calme, je le fais. J’ai la justice dans le sang. Je ne suis jamais entrée dans la police, car je suis une artiste, et que jamais je n’aurais eu ma place comme individu dans « les forces de l’ordres ». J’aurai probablement fait une bonne travailleuse sociale. Maybe.

Je viens tout juste « d’intervenir » dans un conflit social dans un lieu public, pour ramener le calme, et expliquer aux deux parties le malentendu dans lequel ils se trouvaient, et qu’ils n’avaient aucune raison de s’engueuler. Mais j’ai pris le risque d’intervenir entre deux hommes agressifs (l’un envers l’autre), au risque de me retrouver prise dans la mêlée, ce qui n’est heureusement pas arrivé. Mais je me suis quand même posé la question, après tout cela: « mais de quoi je me mèle??? ». J’ai tellement une grande gueule, parfois je devrais me taire. Mais en même temps, je suis parvenue en quelques mots brefs, en des regards francs et directs, à calmer ces deux hommes. Vous voulez que je vous raconte? La sitation est fort simple. Mais la nature des tensions sociales prends rapidement des travers complexes…

Situation: j’arrive pour attendre la livraison de mon panier de légumes bio dans une cours d’école. Première arrivée, je vois qu’un joueur de tennis est déjà là, qui frappe sa balle contre un mur. Exactement l’endroit où les paniers sont installés en temps normal. Le camion de livraison arrive, et on s’installe un peu plus loin pour laisser cet homme pratiquer son sport à son aise. Après tout, la cours est grande, et le tout se fait naturellement. Un homme arrive pour chercher son panier, quelques minutes plus tard. Cet homme pense que le joueur de tennis est venu s’installer « après les paniers », dans nos pattes de façon bien peu courtoise. Il fait alors un commentaire impatient, sur un ton cassant, au joueur de tennis qui joue dans nos plates-bandes de légumes. Le joueur de tennis réagit mal, ne sachant pas ce que cette centaine de gens vient soudainement faire dans « son » espace de jeu. Peu de sens de l’observation, Monsieur le tennisman. J’interviens. Je me dépêche de dire à l’homme-au-panier: « Monsieur était là avant nous pour jouer au tennis, nous pouvons sans problème nous mettre plus loin pour prendre nos paniers ». Et tout déboule. Je dois alors répondre du tac-au-tac au joueur de tennis (genre de bonhomme bourru, assez de mauvais poil, probablement de mauvaise foi). « Monsieur ne savait pas que vous étiez là avant. » Les deux grognent un peu, je sens des vagues d’énergie négative. En quelques secondes, leur jeu se calme dans l’atmosphère générale plus détendue et l’odeur de tomates et du basilic frais.

Petite victoire: ils ont compris (assez pour cesser les hostilités). Si je n’étais pas intervenu? Il y aurait eu une escalade de violence verbale, des insultes (elles étaient déjà là), peut être un coup de raquette sur la tête, ou une tomate bien mûre qui aurait volé. Je ne le saurai jamais.

Fin de l’épisode. Je vous dis, rien de grave, absolument rien. Simplement deux hommes vaguement agressifs, un peu cons. Et moi, petite dinde idiote, qui s’interpose pour ramener la paix. Pourquoi les 99 autres personnes n’ont rien fait? Réponse facile, c’est parce que je suis intervenue, tiens. Et parce que les tomates et le basilic frais, ça sent bon.

Une réflexion sur « Civisme aux tomates »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.