Journal d’un danseur nomade

Images tirées du film « Journal d’un danseur nomade », avec Paul-André Fortier

J’aime travailler avec des flous. On ressent alors les lignes des corps qui dansent. Tout devient plus poétique. Les couleurs s’effacent pour laisser vibrer des émotions. Les corps intangibles frissonnent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.