Banlieue vs ville… (saga)

Je réponds ce matin à un très bon commentaire écrit par Marie-Michèle Poisson sur un billet écrit précédemment. Aussi posté sur mon billet « où vivre« .

***

Merci Marie-Michèle de cette généreuse réflexion. Elle coincide superbement avec mes discussions de ce matin avec mon amoureux. Alors que nous étions dans le train qui quittait la banlieue pour venir travailler en ville, nous pensions justement à l’adaptabilité des enfants (nous en avons trois; 10, 12 et 14 ans, et nous planifions en avoir un nouveau le plus tôt possible). Les enfants ne seront pas déracinés de leur banlieue car ils connaissent déjà la beauté de la ville, et tous ces avantages. Quand à un nouvel enfant, il grandira dans un milieu de vie où la voiture ne trône pas en reine.

Votre discour fait écho à toutes mes réflexions: laideur adsurde d’un urbanisme axé sur l’automobile, abscence de stratégie de développement et expansion des logements et des commerces. Et la cerise sur le gâteau: manque flagrant de poésie. Oui, je parle de poésie, car pour moi il est clair que la banlieue fait face à un manque criant de beauté. Et à un manque de logique dans son fonctionnement!

En fait, je pense qu’une banlieue intelligente pourrait émerger d’une réflexion sur sa structure. Certains quartiers européens (en Allemagne, au Pays-bas) ou californiens sont développés sous forme de villages d’où la voiture est proscrite. Les services offerts par des petits commercants locaux sont centralisés dans un place publique centrale autour de laquelle sont placés les logements, à quelques centaines de mètres (agréables à marcher). Des aires publiques sont aménagées pour que les gens puissent profiter des agréables espaces verts et des grand arbres magnifiques laissés intactes lors de la construction du quartier. Les services de transports en communs menant vers la ville sont efficaces et réguliers, et les trains confortables permettent de gagner le lieu de travail en 30 minutes ou moins.

Rêve? Non! C’est possible! Et pourquoi pas chez nous?

Bonne et heureuse année 2008

Meilleurs voeux à tous! Je vous souhaite le bonheur, la paix et l’harmonie. Prenez le temps de profiter de chaque bon moment auprès de ceux que vous aimez.

Je suis de retour à mon clavier, après une pause très agréable. J’ai pris beaucoup de temps avec ma petite famille. Au début du congé des fêtes, nous avons profités de bons spectacles; Noel dans le Parc à Montréal, fête de Noël en plein air. Nous avons eu beaucoup de plaisir à voir le rafraîchissant « Kiss Bill » de Paola de Vasconcellos, une fable légère entre la danse et le théâtre, un clin d’oeil au cinéaste Quentin Tarentino et à son beau mais violent « Kill Bill » que j’avais adoré. Nous avons aussi eu la chance de voir le superbe « Norman » de 4D art, un hommage en hollogramme au génial cinéaste d’animation Norman McLaren. Un spectacle de danse-théâtre technologique comme on en voit trop peu: magique, poétique, drôle et technologiquement de notre ère. Impressionnants effets visuels utilisés avec grande poésie. Ne le manquez pas si l’occasion se présente de le voir: un bijou accessible à tous, même à ceux qui ne connaissent ni la danse contemporaine, ni le cinéma d’animation: vous pourrez vous initier aux deux! Et pour les amateurs qui connaissent déjà, vous serez charmez aussi à coup sûr!

Nous avons aussi eu la chance de faire beaucoup de ski+snowboard sur les pistes des Laurentides, en ski de soirée: Habitant, Morin Hights, Olympia. Les enfants sont mainenant très bons en snow. Ils dévalent les pentes à pleine vitesse, presque sans chuter. J’étais heureuse d’essayer mon cadeau de Noël: un nouvel équipement de ski alpin offert par mon amoureux. Quand à lui, il a dû attendre notre petit séjour à Charlevoix, au Massif de la petite rivière, pour essayer à son tour son cadeau: équipement de ski de fond. On s’est vraiment gâtés cette année. Nous avons fait une petite pause dans Charlevoix où j’ai enfin pu goûter aux hautes pistes du Massif en ski alpin. Malheureusement, les pistes étaient un peu glacées et le temps gris et couvert. J’ai très hâte d’y retourner un jour de beau temps, les paysages promettent d’être saisissants avec le fleuve majestueux qui dors au bas des pentes abruptes.

Nous avons le cadeau d’un hiver magnifique. Toute cette belle neige blanche et folle est un cri de joie lancé pour nous inviter à jouer dehors!