L’écriture des livres

[note aux lecteurs de ce blogue: ce texte fut écrit en direct et projetté sur écran devant public lors de ma performance à la Galerie La Centrale, dans le cadre du spectacle VIDA de la série SORTIR DE L’ÉCRAN de l’Agence Topo et NT2]

J’ai publié deux livres de poésie. À quelques centaines d’exemplaires, 500 je pense bien. Et maintenant, depuis trois ans, j’écris des poèmes, et d’autres textes, sur mon blogue. Savez-vous combien de lecteurs me lisent? 1500 par semaine. Voilà pouquoi je blogue. Parce qu’ils me lisent. Ils sont (vous?) êtes silencieux. Comme dans la salle ce soir. Ils me laissent peu de commentaires, mais ils sont bien là. J’ai des statistiques et des cartes de visites qui en témoignent. Mais j’aime les livres, ne vous méprenez pas. J’en ferai peut-être (probablement) encore. Mais écrire sur un blogue est instantané, direct.

Lire des textes de poésie en direct commande un ton. On fait une lecture, ou on interprète. Mais comment lit-on un blogue? Je me suis posée la question, mais c’est mon amie Eza qui m’a guidée vers la réponse: sur un ton intime, comme je blogue. Voilà. Mais quand même, je vais vous faire maintenant quelques textes tirés de mon dernier recueil de poésie. Je vais essayer de le faire sur un ton intime. Ça vous va? [note: je ne sais pas pourquoi, les gens sont dans la salle vraiment aussi silencieux que mes lecteurs de blogue, peut-être que j’intimide avec mon ton intime???]

Publicités

5 réflexions sur “L’écriture des livres

  1. Bon, ok, j’ose commenter! Ca doit etre l’effet de nouveaute, tant du blog, que de la performance. On n’ose pas interrompre faut croire! C’est pas mal avant-garde comme concept, alors les lecteurs/spectateurs doivent apprivoiser la technologie. Pour le petit nombre de commentaires sur le blog, encore la, je ne comprends pas trop non plus.

  2. Certain qu’on te lit. Tes mots sont parfois comme ces band-aids qu’on n’a jamais mis, faute de temps, faute d’attention.Tes mots et des sourires. Et des questions.Je te lis. Fidèle. Et si je commente peu, c’est qu’une émotion aérienne, de bien-être, un sourire franc, ça se révèle mal en mots.

  3. Chère Élise, bien le bonjour! Je suis heureuse de te voir ici, avec nous. Et désolée de n’avoir pu transmettre le show par webcam. Mais je te promet des images pour bientôt.Interllex: merci de ton mot. Oui je sais bien ton passage ici, fidèle au fil des ans (!!). Je sais bien que j’ai des lecteurs, mais mon type d’écriture, peut-être le manque de constance, tant dans le style que dans la continuité temporelle, n’appelle pas les commentaires comme d’autres blogues (le tiens, par exemple). Mais les lecteurs sont bien là, et j’en suis heureuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s