Homo detritus

Il faut comprendre les déchets pour les réduire. Les déchets que nous produisons sont le fruit de notre façon de consommer. Il faut questionner la conception même de ces bien, mais aussi notre rapport à ceux-çi. Pourquoi avons-nous cet envie effrenée de tout posséder?

Pour comprendre ce cycle, il vous faut voir cette vidéo de Annie Leonard « the story of stuff », si vous ne l’avez pas vue.

Dans le cadre de mon projet, j’ai rencontré mon amie Luce Beaulieu de Perennia pour en discuter. D’emblée, elle m’a lancé sa position, très sensible. Luce pense que notre envie de consommer vient de la douleur. Le mal-être des individus pousse la consommation. Ma première réaction a été de questionner sa théorie, de prendre plusieurs cas de consommateurs pour tenter de voir que la consommation n’est pas toujours le fruit d’un mal-être. Mais de tous les cas imaginés, je n’ai encore trouvé aucun cas qui ne répondent pas à cette théorie intéressante: le bien-être profond de l’être en harmonie avec son milieu stoppe la consommation effrené.

Voici quelques exemples de consommateurs, et leur profil psychologique. La jeune fille qui s’achète des vêtements de façon frénétique pour être à la mode? Elle est possiblement en recherche d’une confiance, la recherche d’une image d’elle-même. Si elle était profondément et véritablement bien dans sa peau, aurait-elle besoin de consommer et de se maquiller autant?

Et l’homme d’affaire qui s’achète des gadgets et des biens pour son confort personnel? Manque-t-il d’altruisme? En quoi son bien-être matériel personnel peut-il affecter les autres? On pourrait penser que c’est une question de morale et d’éthique, mais le geste d’achetter va au-delà des questionnements philosophiques. Quand on achète, c’est une approbation à une façon de voir le monde, de faire des affaires, selon le produit que l’on choisi. Les citoyens ressentent de plus en plus le besoin de transparence par rapport aux entreprises desquelles ils achètent. L’essor du commerce équitable le prouve. Mais je m’égare, revenons aux cas de consommateurs…

La mère de famille qui couvre de cadeau ses enfants, qui veut « les gâter » et leur apporter tous les biens matériels dont ils pourraient rêver? Certains diront que c’est la meilleure mère du monde… Mais pourquoi agit-elle de la sorte? Porte-elle une culpabilité? Ou compense-t-elle pour un manque affectif? Est-ce une façon de témoigner de son amour, à défaut de parvenir à le faire autrement?

Avez-vous des exemples de profil de consommateurs qui ne répondent pas, selon vous, à une « douleur d’être »? Je suis très curieuse de voir si on arrive à en trouver…

Réflexions écologiques: surconsommation

Dans le cadre de mon projet de web-documentaire à l’étude à l’ONF, je partage ici mes réflexions sur les enjeux que je compte aborder.

En examinant le résultat de la surproduction et de la surconsommation, on voit la substentielle trace du passage humain sur la terre. Depuis les 40 dernières années, les Américains à eux seuls ont davatage consommé et utilisé les ressources disponibles et produit de déchets que depuis le début des temps. Et cette situation critique ne peut que s’agraver, au rytme où croit le développement dans tous les pays de la planète, et les habitudes de surconsommation sans égard pour la destruction de l’environnement.

Les Canadiens ont à tord une image très verte d’eux-même. Ils ont l’impression de faire beaucoup mieux que nos voisins du sud, mais dans les faits, il n’en est rien. Le Canada reste un très gros consommateur, et ses industries, ses commerces et ses citoyens sont des pollueurs de première ligne. Le nombre de déchets produit annuellement par personne est très imposant, et celui des industries et des services publics l’est davantage.

Et si on se penchait sur la gestion des déchets? Il est primordial d’examiner notre façon effrenée de consommer sans limites, comme si la planète était infinie dans ce qu’elle a à nous offrir comme ressources, et comme espace pour accueillir tous les déchets produits. Il est capital d’observer notre façon actuelle de gérer nos déchets et les problèmes que cela amène.

Le faible coût d’enfouissement au Québec et nos grands espaces sont responsables du manque de sentiment d’urgence à trouver des solutions pour ne pas détruire l’environnement. Comment réagiraient les Montréalais si on leur annoncait la transformation du Parc du Mont-Royal en site d’enfouissement par manque d’espace? Ce scénario qui semble farfelu est arrivé à des citoyens japonais qui se sont mobilisés pour agrir afin de sauver un sanctuaire d’oiseaux.

La pierre angulaire est donc de faire comprendre que nous avons une responsabilité face aux déchets que nous produisons. Tant pour les industries, les services publics que les citoyens, il est complètement abérrant de voir la monstrueuse quantitée de déchets produits. Et ces déchets pourraient être drastiquement réduits par des mesures simples.

Premièrement, il nous faut consommer moins ou mieux. Ceci est un défi titanesque face au système en place où tout conditionne à une surconsommation effrenée, dans une culture où tout doit être rapide. En moyenne, sur une épicerie de 4 sacs de nourriture achettée, c’est un sac sur 4 qui prends le chemin de la poubelle sans être consommmé. Quand on pense aux graves problèmes de sous-alimentation que vivent la majorité des habitants de la planète, ce gaspillage est un crime grave. Tout le monde sait cela, mais pour plusieurs, cette image semble un problème lointain, qui appartient à une autre planète, qui ne fait pas du tout partie de leur réalité.

Il faut prôner une réutilisation et une récupération des biens. Des réseaux permettent de donner des objets (tel freecycle, un site mondial d’échange de biens) ou de leur donner une 2e vie. Le recyclage dans un centre de tri est un moindre mal, mais pas la meilleure avenue. Ces centres font face à de graves problèmes, et il convient de les examiner. Les centres de tri montréalais ont traversés une crise où ils redirigaient leurs déchets vers des dépotoirs car le prix des matières était trop bas. Le gouvernement doit investir de l’argent supplémentaire pour les aider et contrer ce problème, qui à long terme est un problème de santé publique. Faudrait-il nationaliser la gestion des déchets et matières recyclables afin d’avoir plus de transparence dans ce dossier?

Le troisième aspect fondamental est le traitement des matières organiques compostables. Les matières compostables constituent 40% des déchets que nous produisons. Ces matières sont actuellement mélangées aux autres détritus toxiques que nous produisons. Plutôt que de redevenir une terre saine, ce 40% de déchets est transformé en soupe toxique qui pollue les sols et la nappe phréatique. Une simple gestion adéquate de ces déchets organiques permet de les transformer en une matière riche et valorisée, qui a même une valeur économique. Il est, selon moi, d’une incommensurable absurdité de ne pas faire de compost à grande échelle. À la manière où la société trouve maintenant normal de porter sa ceinture de sécurité ou ne pas fumer lorsqu’on est enceinte, il est possible de faire évoluer les mentalités vers une concsience du problème du compost. La solution est si simple. Le bac brun prévu pour 2010 à Montréal.

Il existe de véritables solutions mises en application partout sur la planète, du Québec au Japon, en passant par certaines villes européennes: système communautaires d’échange de bien, réutilisation, recyclage, compostage et combustion des déchets en récupérant l’énergie produite par ce procédé. L’exemple percutant des citoyens d’une ville japonaise qui se sont mobilisés alors qu’on s’apprêtait à fermer un sanctuaire pour oiseaux afin de le transformer en dépotoir, par manque d’espace. Leur mobilisation a amené la ville à leur poser une question et trouver des solutions: êtes-vous prêts à fournir un effort afin de gérer vos déchets? La réponse positive entraîna la mise en place d’un système de récuperation et de composage strict au bout duquel aucune trace ne subsiste. Imaginez seulement qu’on menace d’utiliser le Parc du Mont-Royal ou le parc des Îles de boucherville comme lieu d’enfouissement des déchets? J’ose espérer qu’une telle prise de conscience amènerait les citoyens à se mobiliser dans une action similaire. Mais pourquoi attendre d’être au pied du mur?

Un partie de ces solution se trouve dans un retour à nos racines et aux choix naturels et sains que faisaient nos ancêtres. Nos grands-mères recyclaient bien avant la lettre, le compostage était normal, et on prenait grand soin de nos bien afin qu’ils durent longtemps. La rareté créait une sagesse qu’on peine à retrouver en cette ère d’abondance. Les cultures améridiennes et aborigènes ont aussi cette sagesse infinie de respect de la terre. Il est important que la culture dominante occidentale chemine vers la reconnaissance de la richesse de ces savoirs, et ait l’humilité de s’en inspirer pour trouver des solutions.

La source du problème vient du lien à la terre que nous n’avons plus. En sensibilisant les gens à la beauté du monde, en présentant la planète et ses miracles, n’est-ce pas suffisant pour aider à tisser ce lien à nouveau? Le problème vient surtout du manque flagrant de consience, conscience de la finalité de la planète, et conscience des autres être vivants qui l’habitent. Mais ce n’est pas suffisant. Il faut du concret, et des solutions pratiques et applicables.

Réflexions écologiques: mode de vie

Dans le cadre de mon projet de web-documentaire à l’étude à l’ONF, je partage ici mes réflexions à propos d’enjeux écologiques.

J’ai grandit en banlieue en détestant ce mode de vie, que je sentais déconnecté de deux éléments essentiels: la communauté de proximité et la nature. Adulte, j’ai choisi de vivre en ville pour des raisons pratiques et émotives: j’y ai étudié, j’y ai trouvé mes communautés d’intérêts, et j’y travaille. Et je suis une amoureuse de Montréal, pour son effervenscence stimulante, sa convivialité et son mode de vie. Par un concours de circonstance, la vie m’a temporairement ramené vers les banlieues il y a quelques années. Ce pénible apparté fut pour moi un grand révélateur: j’ai compris toute l’absurdité de ce mode de vie voué à l’échec à plus ou moins long terme avec une banlieue axée sur la voiture. Les longues files d’attentes dans des bouchons de circulation (que ce soit pour se rendre en ville ou à la gare de train!), la dictature de la voiture, le béton prédominent, les maisons énergivores, l’individualisme flagrant, un anonyma latent (présent aussi en ville selon les quartiers), une uniformité préfabriquée, des magasins grande surface et sans visage où il faut absoluement une voiture pour s’y rendre. Je me suis posée sérieusement la question: la banlieue peut-être être transformée pour devenir plus écologique? C’est certain! Pour y parvenir, c’est son urbanisme qu’il faut revoir.

Le mode de vie en ville est plus écologique car les déplacements en transport en commun, en vélo ou à pied son sollicités et facilités. En ville, le vélo va plus vite que la voiture. D’ailleurs, plusieurs études prouvent qu’en ville les gens sont plus actifs et en meilleure santé physique. L’accès à une alimentation saine et écologiquement viable est plus grand. Il est plus facile d’avoir accès à la nature à Montréal qu’en banlieue! Des vastes parcs aménagés sont à quelques minutes de marche, les systèmes de location des équipements sportifs sont bien organisés et abordables.

Mais il existe dans le monde des exemples de banlieues sans voitures où la présence de petits commerces à proximité et l’accessibilité aux transports en commun ont contribué à ramené un mode de vie écologique dans ces nouvelles banlieues. La véritable piste est de revenir à des villages, à plus petite échelle, où des emplois locaux répondent naturellement aux besoin des citoyens à proximité en offrant des biens et des services à échelle humaine.

Des véritables solutions existent même en ville, où des urbanistes et architechtes planchent sur divers projets novateurs. À quoi ressemblera la ville du futur? Examinons le vertical farming (ferme verticale), l’agriculture sur les toîts, les toîts verts, les immeubles entièrement végétalisées, l’architechture organique et les Earthships. Ces solutions sont mise en place partout sur la planète, et il est bon de les observer de plus près, en commencant par le Québec où plusieurs initiatives permettent un espoir.

Voici un lien vers un billet que j’ai écrit en 2006 sur le sujet, avec vos commentaires

Un peu de calme

Quelques mots épars ne suffisent pas à cultiver le calme
C’est le silence qui nourrit l’apaisement
Et les angoisses fondues au soleil
sous un souffle profond expient les zones grises

La nuit je rêve de glaciers immenses
D’un mouvement souple je survole les restes de doute
les craintes vermoulues
de désirs perdus
de dos voûtés
de mains tendues et anxieuses
de lèvres sèches assoiffées aux craquelures indéfinies

J’aspire un peu à respirer mieux
Je me ramène dans les coulées tropicales de forêts grasses et humides
Puis l’air chargé d’odeurs fécondes
entre par ma bouche et mes pores
avide d’air pur sans masacre

Je tente d’éteindre les idées lourdes
Par des mouvements amples
des enjambées larges au pas léger
Légitimes et frivoles longeant la rivière et son lit

Je tourne le dos à la mine exangue des morts-vivants de notre ère
J’ouvre les yeux sur le lourd héritage
des sans-souffles au béton trop dur
à la carosserie lourde et au pétrole poisseux

Que reste-t-il en pâturage survivant à tant de ravage bien pesé?
Sous la botte qui foule le sol miné
et au-delà de cette croûte odieuse
Le val-d’espoir peut-il se battre?