Chronique de Yannou in Paris

Je suis ici pour un séjour trop court pour cette ville que j’aime d’amour. Nous sommes logés dans un nid douillet, un merveilleux petit appartement loué à une gentille française. Une jeune femme qui a un talent natuel pour inventer un univers chaleureux. Paris n’a pas le luxe de l’espace, et les appartements sont très petits, mais rigoureusement pratiques. Et celui-çi nous offre le plaisir d’être charmant, avec ses grandes fenêtres qui lorgnent les toîts de Paris du haut de notre 5e étage (sans ascensseur, très bon pour faire passer les fromages et charcuteries françaises). Des murs rouges, des chandelles partout, des éclairages variés et colorés, une table basse, des coussins, une bibiothèque remplie de bons bouquins (je suis en train de lire un Modiano), et plusieurs disques qui pourraient être les miens: Barbara, Souchon, Brel, Diana Krall, Bach, Mozart, Bob Dylan, Brassens, des chants traditionnels arméniens, même Starmania! Contre toute attente, le chauffage est décent, et malgrés la grisaille et le froid cru qui persiste à Paris, notre nid reste bien chaud.

Cet après-midi, je sors faire des courses. Une pauvre jeune femme se fait renverser par un taxi qui tournait à gauche alors qu’elle traversait la rue. Devant moi. Heureusement, elle n’a pas une égratiniure, seulement eu peur. Le taxi est une Mercedès noire, conduite par un chauffeur beaucoup moins gentil que nos chauffeurs haitiens à Montréal. Je vais vers la femme, alors que les passants ignorent royalement la situation. ‘Est-ce que ça va?’ Elle me réponds que oui, mais je la vois tremblante, les larmes aux yeux. Le chauffeur a immobilisé sa voiture au milieu de la petite rue couverte d’une fine neige très glissante, il se tient bien droit derrière sa portière ouverte, comme le bouclier d’un combattant. ‘Mon feu était vert, vous voyez bien’, clame-t-il inutilement, d’un ton bien agressif. La femme réponds qu’elle aussi, elle a traversé avec le feu vert des piétons. Peut importe. Il conduit une grosse bagnole, et la petite dame à pied ne fait pas le poid. Mais il n’en a cure. Il veut avoir raison, et il ne se sent pas du tout mal à l’aise d’avoir renversé un piéton. C’est ce manque de sollicitude qui m’a mis en colère. « Monsieur, vous pourriez au moins vous excuser au près de la dame, elle a eu peur. »

Négation de sa part, il ne demande même pas si elle va bien. J’insiste. « C’est un accident, Monsieur, ce n’est la faute de personne, mais exusez-vous, elle a eu très peur. » La jeune femme me regarde, me remercie des yeux. ‘C’est gentil, merci’. Elle veut rentrer chez elle se réfugier dans des bras amis, je le sens bien. Elle n’a aucune envie de se battre avec un chauffard malpoli, sans délicatesse aucune. J’aurais voulu lui demander comment il aurait réagit si c’est sa fille ou sa soeur qui s’était retrouvée les 4 fers en l’air presque sous les roues d’une bagnole. Mais il s’en prends à moi: ‘Vous êtes hypocrite Madame’. N’importe quoi! ‘Monsieur, tout ce que je vous demande c’est d’avoir bon coeur.’ Rien à voir avec moi. Mais il patauge et répète sa faible défense devant le malaise. Il me fait pitié. C’est probablement le genre d’homme qui ment à sa mère et qui trompe sa femme. Aucune fierté, aucune gentillesse pour l’autre.

C’est désolant, mais je passe mon chemin. Les voitures donnent parfois une impression de puissance à des êtres complètement déconnectés du plancher des vaches. Le taxi-Mercedes est reparti avec son sigle ‘Benz’ bien tordu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.