Potager urbain de la controverse

 Voilà qu’un couple de Drummondville décide de faire un superbe potager en facade de sa maison. Et cela fait réagir. Les élus crient à l’entrave au réglement munipical.

 Michel Beauchamp devant sa maison et son potager


 Voici donc ma lettre au conseiller municipal qui demande à ces gens de défaire leur potager
 ______________________
Bonjour Monsieur Levasseur,

Je vous écris depuis la Californie où j’habite pour signaler mon appui au couple qui possède le potager non-réglementaire en facade de leur demeure, Michel Beauchamp et Josée Landry. J’espère que vous saurez montrer une souplesse à ce réglement afin de laisser ce superbe projet exister. Il fait déjà la renommée de votre région par son audace et son côté avant-gardiste, et ce à travers le monde grâce aux médias sociaux. Je pense qu’il est plus que temps de modifier la législation pour encourager de tels projets.

Dans le contexte écologique mondial de lutte aux changements climatiques, de telles initiatives doivent être fortement encouragées et saluées par nos élus. Je vous demande donc de revenir sur votre décision, et de supporter et d’encourager ces citoyens dans leur belle initiative. La Californie où j’habite est un lieu inspirant où de multiples projets de ce type voient le jour. De tels projets d’influence font ensuite des vagues pour contribuer à rendre le monde meilleur. Je ne vois pas pourquoi Drummondville ne serait pas un tel lieu d’influence et d’inspiration.

Sachez que les années à venir comporteront leur lot de défis à relever dans le contexte actuel: changements climatiques, pénuries de ressources, crise économique. L’autonomie alimentaire et le verdissement sont des solutions efficaces et recommandées par de nombreux scientifiques et urbanistes. Punir ces citoyens serait un geste inaproprié. Les encourager serait tout à votre honneur.

En espérant trouver une lecture attentive, et en souhaitant une réponse positive et votre support à des projets écologiques audacieux,
bonne journée,
Yannick 


Pour signer la pétition

Publicités

13 réflexions sur “Potager urbain de la controverse

  1. Merci pour cette magnifique lettre à notre endroit. Nous en avons été profondément touchés. Vous avez cerné l'essence du projet et votre vision des choses nous donnent de l'espoir pour l'avancement et le rayonnement de tels potagers.

  2. Merci. Changer les choses et voir le monde autrement entraîne son lot de résistance. Il ne faut pas baisser les bras, il faut expliquer, avec patience, et se battre quand il faut!

  3. Merci! Cette initiative de potager urbain peut déjà servir de modèle à ce qui inévitablement deviendra obligatoire demain. SVP, messieurs et mesdames du Conseil municipal de Drummond faites preuve d'avant-gardisme et servez-vous de cet EXEMPLE et faites-vous une gloire d'avoir des quartiers verts et… nourissants!

  4. Je ne suis pas d'accord. Un quartier résidentiel comme celui-la n'est pas l'endroit pour faire un jardin monstre sur sa facade de maison – et ca ne fait pas de moi une anti-environment et tout le tralala. Ce genre de jardins ouvre la porte à des abus et c'est pour cela que les lois municipales existent. Si Monsieur veut jardiner grande surface, il peut se relocaliser dans des municipalités ou les propriétés sont plus éloignées les unes des autres ou les terrains sont significativement plus grands et ou les lois municipales régissant ce genre de choses plus flexibles. Quand tu à une hypothèque de $300000, la derniere chose que tu veux, c'est que tes voisins baissent la valeur de ta maison avec leurs expériences écologiques.

  5. Vous avez tout à fait le droit à votre opinion, Katleen. Mais je pense que c'est une question de façon de voir le monde, de changement de paradigme. C'est urgent de réviser nos critères de vie afin de faire davantage pour la planète, et ce même en banlieue devant des maisons à 300 000$ (autant qu'ailleurs).

    Des surfaces gazonnées purement estétiques sont une incroyable absurdité quand on est pleinement conscient des urgences à restorer notre patrimoire végétal. Ce n'est qu'une question de temps et de changements de moeurs. Il faut agir comme le font ces gens. Ce sont les gazons et les pesticices qui devraient être interdits.

    Des facades aménagées en potager feront plutôt augmenter la valeur des propriétés, croyez-moi. Attendez que le pic pétrolier nous tombe dessus, que la crise économique frappe, que le prix des aliments montent en flèche. Vous verrez qu'on s'inspirera de ce potager comme un modèle et un précurseur. Ils le font de leur plein grès, il viendra un temps où les gens n'auront plus le choix.

    Vous avez votre opinion, mais j'ai aussi la mienne! 😉

  6. moi je préfère les fleurs et pousses comestibles, à l'heure où les denrées nous proviennent d'un peu partout dans le monde et que ce commerce favorise les grandes entreprises, pourquoi ne pas voir nos jardins urbains comme des solutions à échelle humaine et comme un outil de revitalisation et d'éducation en plus de représenter la fraîcheur et la santé dans nos assiettes. Félicitation pour votre initiative et la municipalité devrait organiser un concours du plus beau jardin urbain, il y a là place à une forme d'agro-tourisme. L'alimentation est un droit et malheureusement certains règlements municipaux enfreignent des droits et libertés individuelles
    Linda Dery

  7. Moi aussi tout-à-fait d'accord avec cette initiative! Si j'avais le pouce aussi vert, je m'en donnerais à coeur joie! Je suis en formation, je prends une bouchée à la fois mais je trouve ce projet de jardin urbain tellement inspirant! Quant à la dame inquiète pour la valeur de sa maison, je suis d'avis que de tels projets vont plutôt rehausser la valeur de maisons…Attendez quelques années voir, et on verra qui a raison! Bonne continuité!

  8. J'aime beaucoup votre intervention. Je suis aussi une Québécoise qui habite en Californie. J'ai été surprise à mon arrivée de constater que plusieurs maisons de mon quartier ont un immense potager en facade. Je trouve l'idée géniale. Tout d'abord parce que de la pelouse c'est laid, ça demande beaucoup d'eau et c'est inutile. Ensuite parce que tant qu'à faire pousser quelque chose, pourquoi ne pas utiliser l'espace pour se nourrir!

  9. Merci! C'est ici qu'on voit que c'est surtout culturel, l'idée d'une 'pelouse' pour 'faire propre'. J'espère que cette verte (et inutile) pelouse sera bien vite un vestige du passé, et que tous planteront d'utiles légumes et fleurs (les fleurs sont utiles à la diversité biologique).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s