Cher journal, le temps passe, passe, passe (retour au Québec)

Nous sommes maintenant installés dans notre nouveau nid montréalais. Ouf, quelle année! Après avoir eu un enfant, quitté la Californie, un retour intense à Montréal, l’achat d’une nouvelle maison (un condo), nous voilà enfin attéris. J’ai eu une forte impression de trouver le bon endroit, le bon moment, que tout tombe en place. Tout cela s’est fait un peu de manière précipitée, nous avons décidé en avril de revenir vivre à Montréal à la fin de l’été. J’aurais bien savouré la Californie encore quelques mois, voire une autre année. Nous savions bien notre retour inévitable, pour se rapprocher de la famille.

Notre rêve était d’avoir un enfant ensemble (depuis 10 ans), de revenir au Québec, et d’acheter une maison à Montréal pour réunir la famille (depuis longtemps nous voulions acheter, mais il fallait le bon contexte). C’est très intense obtenir en une année tout ce qu’on désire depuis plus de 10 ans. J’ai été frappée par le bonheur comme un 10 roues qui me passe dessus. Quand on obtient ce qu’on désire depuis si longtemps, le bébé, la maison dont on rêve dans un chouette quartier, la vie familiale. C’est beaucoup de bonheur pour une seule personne. Quand on arrive au bout de se chemin, on cherche la direction. J’étais la biche dans les lumières du char. Disons que j’ai eu ‘un choc’. Une onde de choc. Tout d’abord le retour était accompagné d’une joie certaine de retrouver famille et amis. La famille a été au rendez-vous, très heureux de retrouver notre petite famille avec notre nouvelle enfant. Mais les amis étaient pour beaucoup pris dans leur quotidien, leur vie, leur travail. Moi qui suit en congé de maternité, j’aurais tellement aimé les voir davantage. À l’automne j’ai pu voir régulièrement quelques bonnes amies, mais une fois l’hiver arrivé, tout le monde retourne dans sa tanière… Avec le froid, notre déménagement de novembre, un mari trop occupé, j’ai accusé le choc.

J’ai trouvé la transition difficile, disons. Le moral à zéro, la maternité lourde, l’abscence de mon homme qui travaillait comme un fou pour son nouveau travail, cruelle, la solitude parfois aigüe. J’avais un contexte propice à la déprime; accepter l’hiver après un séjour de deux ans en Californie était déjà un gros morceau. Faire le deuil de ma vie Californienne, laisser une ville que j’aime d’amour (San Francisco se quitte très mal), laisser des bons nouveaux amis derrière soi, une vie, un rythme, un quotidien si différent, un endroit où nous avons été si heureux, un endroit qui a vu notre petite fille naître… quitter le rêve quoi! Disons que j’ai trouvé le Québec un peu terne au retour, et j’ai trouvé les montréalais peu sympathiques. Ce qui m’a frappé est le manque de chaleur dans les rapports humains, le grand nombre de fumeurs, le manque de gentillesse (en fait les gens sont plutôt neutres, mais quand on arrive de la Californie, le contraste est brutal). Ensuite le gris s’est installé, tout d’abord magnifique avec ses couleurs d’automne, puis glacial et terne; l’hiver comme un éteignoir à bonne humeur. J’ai accusé le choc. Ensuite j’ai été confrontée à la maternité en tentant de s’installer dans une nouvelle demeure (avec un bébé qui commence à marcher). Pour ajouter au challenge, je devais ‘réapprendre’ à vivre avec les fils de mon homme. Deux beaux jeunes hommes de 17 et 19 ans, charmants et gentils, mais encore adolescents par moments, bien sûr. Donc choc. Réapprendre à vivre avec des ‘colocs’ c’est une chose, mais disons que je suis et je vais toujours être ‘la belle-mère’ qui les a élevés à mi-temps. Donc re-choc… Puis il y a mes remises en question professionnelles; comment reprends-t-on le travail, avec un bébé, quand on travaille à la maison? Je suis déchirée entre l’envie de profiter de ma fille au maximum (je l’ai attendue 10 ans, je le répète); et le besoin de prendre un peu d’air, de faire mes projets à nouveau. Donc recherche de garderie…

Il m’a fallu une période des fêtes et un voyage dans le sud pour me remettre le moral au bon niveau, et me trouver maintenant du bon côté des jours qui allongent! Vivement le printemps, et en attendant j’espère quelques belles sorties d’hiver.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s