Archives pour la catégorie Réflexion

Disponible pour réalisation

Je suis présentement à la recherche de projets à réaliser. Je suis disponible pour tourner, monter et réaliser des capsules vidéos à propos de contenus écologiques, sociaux ou culturels.

Je cherche à trouver mon ‘ikigai’, cet équilibre en ce que l’on aime, ce dont le monde a besoin, ce pour quoi nous sommes doués, et pour lequel nous pouvons être payés adéquatement.

J’aime: réaliser, tourner, monter, faire des rencontres épatantes, découvrir et explorer des sujets pour mieux comprendre le monde, dénicher la beauté et la poésie du quotidien, de la nature, de mes semblables.

Ce dont le monde a besoin: de remettre l’humain et la nature au coeur de nos préoccupations.

Ce pour quoi je suis douée: réaliser avec sensibilité, faire des liens, mettre en lumière et communiquer des idées sous diverses formes, vidéo, photo, audio ou écrite.

View at Medium.com

 

Se lancer dans le vide

Ma vie professionnelle est faite de montagnes russes, où parfois je plonge dans des abîmes de doutes, je me remets alors en question. Suis-je sur la bonne voie? Devant mon impression cuisante de faire du sur-place depuis de nombreuses années, et de m’éloigner d’une voie où je pourrais véritablement m’accomplir, j’ai voulu faire un saut de côté.

Je veux trouver ma voie pour faire arriver la promesse d’un projet vraiment signifiant pour moi, de laisser ma trace pour faire une infime différence, un iota, mais tout de même prendre action. Me ramener à la création, dans l’action plutôt que la théorie.

Mon besoin d’action me pousse à vouloir cristalliser un projet qui n’existe pas encore. Je veux être un catalyseur, un amplificateur à la réflexion qui mène à l’action, ou même encore mieux un levier vers l’action. Je cherche encore la bonne voie. Où puis-je être le plus utile pour agir sur la crise écologique actuelle?

Se relancer

Après un automne excitant où j’ai pu travailler dans mon domaine, mais à un tout autre poste, cela m’a fait un bien fou. Un mandat de chargée de projet qui s’est terminé par un poste bénévole sur un comité important pour mon milieu. Histoire de se redonner confiance, mais aussi de se lancer et de reprendre contact avec ma vie professionnelle.

En parallèle, depuis près d’un an, faire du bénévolat pour une cause qui me tient à coeur: la sauvegarde d’un espace vert patrimonial en plein centre-ville: le jardin Notman. Commencer l’année 2018 avec l’excellente nouvelle que nous avons gagné notre bataille: la ville va exproprier le promoteur qui projetait d’y construire des condos.

Et maintenant? Je dois enfin foncer pour reprendre les choses là où je les ai laissées, à faire mes projets personnels, à reprendre ma voie créative. Il est temps, et j’ai tant à faire, à dire, à partager, à faire rêver, à réveiller, à éveiller, à donner la place pour écouter.

Au boulot!

 

Cher journal, le temps passe, passe, passe (retour au Québec)

Nous sommes maintenant installés dans notre nouveau nid montréalais. Ouf, quelle année! Après avoir eu un enfant, quitté la Californie, un retour intense à Montréal, l’achat d’une nouvelle maison (un condo), nous voilà enfin attéris. J’ai eu une forte impression de trouver le bon endroit, le bon moment, que tout tombe en place. Tout cela s’est fait un peu de manière précipitée, nous avons décidé en avril de revenir vivre à Montréal à la fin de l’été. J’aurais bien savouré la Californie encore quelques mois, voire une autre année. Nous savions bien notre retour inévitable, pour se rapprocher de la famille.

Notre rêve était d’avoir un enfant ensemble (depuis 10 ans), de revenir au Québec, et d’acheter une maison à Montréal pour réunir la famille (depuis longtemps nous voulions acheter, mais il fallait le bon contexte). C’est très intense obtenir en une année tout ce qu’on désire depuis plus de 10 ans. J’ai été frappée par le bonheur comme un 10 roues qui me passe dessus. Quand on obtient ce qu’on désire depuis si longtemps, le bébé, la maison dont on rêve dans un chouette quartier, la vie familiale. C’est beaucoup de bonheur pour une seule personne. Quand on arrive au bout de se chemin, on cherche la direction. J’étais la biche dans les lumières du char. Disons que j’ai eu ‘un choc’. Une onde de choc. Tout d’abord le retour était accompagné d’une joie certaine de retrouver famille et amis. La famille a été au rendez-vous, très heureux de retrouver notre petite famille avec notre nouvelle enfant. Mais les amis étaient pour beaucoup pris dans leur quotidien, leur vie, leur travail. Moi qui suit en congé de maternité, j’aurais tellement aimé les voir davantage. À l’automne j’ai pu voir régulièrement quelques bonnes amies, mais une fois l’hiver arrivé, tout le monde retourne dans sa tanière… Avec le froid, notre déménagement de novembre, un mari trop occupé, j’ai accusé le choc.

J’ai trouvé la transition difficile, disons. Le moral à zéro, la maternité lourde, l’abscence de mon homme qui travaillait comme un fou pour son nouveau travail, cruelle, la solitude parfois aigüe. J’avais un contexte propice à la déprime; accepter l’hiver après un séjour de deux ans en Californie était déjà un gros morceau. Faire le deuil de ma vie Californienne, laisser une ville que j’aime d’amour (San Francisco se quitte très mal), laisser des bons nouveaux amis derrière soi, une vie, un rythme, un quotidien si différent, un endroit où nous avons été si heureux, un endroit qui a vu notre petite fille naître… quitter le rêve quoi! Disons que j’ai trouvé le Québec un peu terne au retour, et j’ai trouvé les montréalais peu sympathiques. Ce qui m’a frappé est le manque de chaleur dans les rapports humains, le grand nombre de fumeurs, le manque de gentillesse (en fait les gens sont plutôt neutres, mais quand on arrive de la Californie, le contraste est brutal). Ensuite le gris s’est installé, tout d’abord magnifique avec ses couleurs d’automne, puis glacial et terne; l’hiver comme un éteignoir à bonne humeur. J’ai accusé le choc. Ensuite j’ai été confrontée à la maternité en tentant de s’installer dans une nouvelle demeure (avec un bébé qui commence à marcher). Pour ajouter au challenge, je devais ‘réapprendre’ à vivre avec les fils de mon homme. Deux beaux jeunes hommes de 17 et 19 ans, charmants et gentils, mais encore adolescents par moments, bien sûr. Donc choc. Réapprendre à vivre avec des ‘colocs’ c’est une chose, mais disons que je suis et je vais toujours être ‘la belle-mère’ qui les a élevés à mi-temps. Donc re-choc… Puis il y a mes remises en question professionnelles; comment reprends-t-on le travail, avec un bébé, quand on travaille à la maison? Je suis déchirée entre l’envie de profiter de ma fille au maximum (je l’ai attendue 10 ans, je le répète); et le besoin de prendre un peu d’air, de faire mes projets à nouveau. Donc recherche de garderie…

Il m’a fallu une période des fêtes et un voyage dans le sud pour me remettre le moral au bon niveau, et me trouver maintenant du bon côté des jours qui allongent! Vivement le printemps, et en attendant j’espère quelques belles sorties d’hiver.

L’inévitable retour des choses (et des gens)

J’adore la Californie. C’est elle qui nous a donné la chance d’enfin avoir un enfant ensemble tout naturellement, mon homme et moi. Ce cadeau de vie est arrivé il y a 8 mois, notre petite fée, née entre les montagnes de la baie de San Francisco, un matin de lumière rose éclatante qui brûlait la brume de la mer. Pour sombrer dans le plus sucrés des clichés, ma vie n’a plus jamais été la même depuis. C’est un euphémisme: mon coeur veut exploser d’amour à chaque jour, chaque heure, chaque seconde. C’est une bénédiction que d’avoir cette enfant, une joie pure, un plaisir fou à la voir grandir, apprendre, explorer, se développer. Tout ça décuplé, car vécu avec mon Grand Amour.

C’est à cause de lui si nous avons choisi San Francisco pour notre vie Californienne. Comme vous savez, mon homme est venu y travailler, je l’ai suivi, trop contente de pouvoir vivre ‘ailleurs’. J’ai toujours aimé les voyages, et vivre hors Québec a toujours été pour moi un enrichissement et une chance à ne pas manquer. J’ai eu la chance de vivre en Europe il y a 15 ans, et je savais qu’un jour je quitterai à nouveau le Québec. J’étais partie pour deux ans en 1999, et nous sommes ici depuis deux ans. Il semble que ce cycle est la limite de ce qui me ramène à Montréal.

Je vis en ce moment des sentiments mélangés, mixed feelings, comme disent les anglais… Car nous rentrons au bercail à l’automne, juste avant le premier anniversaire de notre petite. Une occasion trop belle pour la laisser filer, Sylvain arrive là où voulait être professionnellement. Une proposition qui ne se refuse pas. Après le nécessaire saut en Californie pour ces deux merveilleuses années, c’est l’inévitable retour vers Montréal, pour les mêmes bonnes raisons. Nous savions que la Californie était une parenthèse de vie, car nos grands étaient restés là-bas, dans nos terres de neige et de froid, dans nos terres de canicules et d’orage. La petite arrivée, il était important pour nous de réunir la famille, notre petite et notre grande famille. Nous rentrons donc à Montréal pour l’automne, c’est bien vrai. Je suis un mélange de joie et de tristesse, tellement heureuse de voir notre famille réunie à nouveau, de me rapprocher des amis, de permettre à notre fille de grandir sur la terre de ses racines. Mais je suis aussi tellement triste de quitter la Californie, son soleil, ses gens easy goign, les rues et les maisons de San Francisco, les quartiers de Inner Sunset et de Cole Valley, la bouffe bio en abondance, les arbres et la verdure partout, le Golden Gate Park avec ses fleurs et ses grands arbres, la mer glacée, la côte sauvage, mon jardin-qui-donne-des-légumes-toute-l’année, l’excentricité de la ville et des gens, leur ouverture, le yoga de San Francisco, ma vie et mes amis d’ici, et même la brume. Oui, même la brume.  – Pour toujours, je vais laisser une racine d’amour qui a poussé à San Francisco, et inévitablement y revenir le plus souvent possible. –

Le mouvement de retour est tellement différent pour mon homme et pour moi, mais c’est un même mouvement, comme la voix et la musique d’une même chanson. On est toujours synchro, même si nos partitions sont différentes… Moi (comblée, dois-je dire) dans le rôle de Maman à la maison, lui à plein dans son élan de carrière, en feu. Même sans me sentir second violon, je me demande quelle sera ma route, professionnelle, on s’entends. Ici j’ai pu prendre du recul, dont j’avais pleinement besoin, je dois dire. J’ai beaucoup réfléchi à mon chemin, me demandant si je devais changer de route. Ici, j’ai presque tout mis sur la glace, ma caméra, mon ordi, mes cahiers d’écriture, je me suis donnée le droit de vivre un vrai temps d’arrêt, sans culpabilité aucune. Seulement ma tête qui voguait, remplie de bonheur, de rêves, de projets potentiels, de livres à écrire. J’ai pris une pause de tout, mais une pause pleine de vie, à créer la vie. Ma pause Californienne. Mais maintenant je rentre à Montréal, nous rentrons à la maison. Je ne vais pas reprendre la même route, mais un chemin différent, avec ma fée à mes côtés. Une chose est sûre, je veux prendre le temps là-bas à Montréal, comme je l’ai fait ici à San Francisco.

Mon premier objectif va être de reconstruire un nouveau nid propice à tous les possibles. On cherche sur l’Île. Si vous avec des pistes…

Le calme

Je suis dans une phase très agréable et heureuse de ma vie, après quelques années plus difficiles. La vie est douce à San Francisco où je vis maintenant. Je savoure. Oui, je mijote bien des nouveaux projets d’écriture et de film. Et je m’étais jurée de reprendre plus régulièrement l’écriture de ce blogue. J’ai déjà été très prolifique ici-même, vous savez. En 2005, j’écrivais presque un nouveau billet tous les jours. Puis avec les années, la vie frénétique, le travail, la vie amoureuse, les épreuves, la maladie, les gens qu’on aime qui traversent aussi leur lot d’épreuves, les moments de bonheur, les enfants qui grandissent, le quotidien, tout cela a fini par avaler peu à peu mon temps d’écriture. Et maintenant je prends surtout le temps de vivre.Pour être parfaitement honnête, je passe beaucoup de temps qui fut jadis dédié à l’écriture sur les réseaux sociaux. J’y prends plaisir à me nourrir des nouvelles de mes ‘amis’, mais aussi de m’informer (pour vrai je vous jure). J’aime beaucoup le partage d’articles, d’information, d’images, de photos. Un peu mordue d’Instagram, je suis. Mais je me questionne sur l’impact de ce type d’activités sur ma vie. Avec un peu de recul, je constate bien que mon temps ‘créatif’ est littéralement avalé par mon activité sur le web, à parfois flaner, à regarder des vidéos politiques ou d’actualité, mais ausi parfois des vidéos de chats – à titre d’exemple (oui, je l’avoue). Bien des choses plutôt inutiles, il me semble. Aucun résultat concret de ces activités passives, où on ne construit rien, ou si peu. Pas très différent des heures trop nombreuses que les gens passaient autrefois devant leur petit écran. Le cerveau un peu apathique, les sens assoupis, le corps un peu oublié. Heureusement je fais du yoga, je me promène, je bouge dans la ville.

 « A Totalitarian State, due to an interconnected web of technologies, will not be forced upon you – it will be bought in a blind desire for convienience »


C’est justement en promenade dans mon quartier, que sur le trottoir près de chez moi, j’ai trouvé cette note fort juste, qui nous force à réfléchir à l’impact des technologies sur nos vies. Tellement de zombies qui marchent accrochés à leur téléphone, tellement de têtes penchées sur leur portable dans les cafés. C’est presque troublant de voir la ville si belle, ignorée par des hordes indifférentes de badauds technologiques assoiffés de nouvelles fraîches et de divertissement, asservis au travail dans les lieux publics, et probablement dans les moindres replis de leur intimité. Je fais partie de ces consommateurs de technologie, et je vis en plein paradoxe, mais je pense que notre dépendance à la technologie est sournoise en bien des points, et qu’elle nous déconnecte trop souvent de l’essentiel, la vie. Pour parfaire le paradoxe, j’ai pris la note rebelle en photo et je l’ai postée sur Instagram.

Tout ce temps brûlé, consummé, envolé, à flairer le vide et l’air du temps… me trouble. Pour revenir à un ton plus personnel, d’un côté, je me sens incroyablement heureuse et bien, probablement une des période de ma vie avec le plus bas taux de stress, sérieusement. Ma situation ‘d’épouse à la maison’, forcée par mon status de résidente américaine sans permis de travail, m’impose un rythme où je vois la vie et les saisons se dérouler. C’est fort agréable, je dois l’avouer. Je fais toutes ces choses remises à la semaine des 4 jeudis (c’est maintenant pour moi). Mais en même temps, je suis tiraillée par une forte impression de perdre un temps où je pourrais être beaucoup plus créative et productive, à faire des projets croncrets, à tisser des liens professionnels, à rencontrer des gens en chair et en os dans le cadre de projets. Je dois m’imposer une discipline et tenter de reconstruire mon réseau de contacts, déracinée de mon Montréal depuis quelques mois. Pour l’instant, je flâne dans la ville et j’observe, et c’est un moment magique, le temps suspendu. C’est un temps beaucoup plus précieux que des heures passées à scruter un écran.

Je me demande si le temps qui passe a elimé mon désir de prendre part activement au monde, si ce temps qui passe et les désillusions de la réalité n’ont pas un peu affaibli ma fougue et ma rage de vivre. Je ne porte plus la même urgence, il faut bien l’admettre. Mais je suis beaucoup plus calme et sereine. À vouloir porter le monde sur ses épaules, on se fatigue, forcément. C’est bénéfique pour moi de flairer le vent sans arrière-pensée, de laisser le bon temps rouler puisque j’ai cette chance de vivre une période de grand bonheur. Mais je dois me remettre à construire. Renouer avec l’écriture de ce blogue me semble une très bonne idée.

Mon histoire d’amour avec la couture

J’ai amené ma machine à coudre avec moi en venant à San Francisco. Une grosse vieille machine italienne, lourde et un peu abîmée. Elle vient de mon arrière-grand-mère paternelle. J’y suis très attachée. Elle fonctionne à merveille. Encore à Montréal, je l’ai apprivoisée il y a deux ans pour faire des coussins avec grand plaisir. J’avais eu une expérience presque mystique (sans farce) en m’assoyant pour assembler les tissus et créer. Je découvrais le plaisir de coudre, de créer un assemblage, un mélange de plaisir artisanal, créatif et technique. C’est très méditatif, coudre. Il faut une pleine concentration, beaucoup de précision, de la patience. Mais l’intellect est au repos. Bref, l’expérience me fut si agréable, surtout à ce moment de ma vie où tout allait plutôt mal. Donc, quand nous avons décidé de venir vivre ici, j’avais déjà décidée que la machine à coudre de Grand-Mère Gélinas allait suivre. Ici, j’ai enfin le temps de faire toutes ces choses qu’on remet à demain. – Pour moi, aujourd’hui, c’est demain. Je suis en plein dans la perpétuelle semaine des quatre jeudis. –

Donc, je me suis adonnée avec grand plaisir à plusieurs petits projets de couture. J’ai fait une housse de futon, des coussins, un cadeau de bébé pour une bonne amie qui est enceinte, et je viens de terminer ce soir mes cadeaux de Noël (je ne vous dit pas ce que c’est, car un cadeau, c’est secret). Et au fil de mon expérience de couture, j’ai tenté de comprendre d’où venais ce grand plaisir que je trouvais à coudre.

Ma Marraine et Grand-Mère maternelle était couturière (je l’ai toujours appellée Marraine). Enseignante dans les années 1970, ma mère fut rapidement de retour au travail après ma naissance. Point de garderie si accessible à cette époque, donc Marraine s’occupa de moi jusqu’à mon entrée à la maternelle, et j’allais dîner chez elle tous les midis pendant tout mon primaire. J’ai donc grandit au son de la machine à coudre, et sous l’aile couveuse de cette femme aimante et protectrice. Entendre le doux ronron de ce moteur est encore aujourd’hui d’un grand réconfort pour moi. Comme une chanson enfouie très profondément en moi, un sentiment de sécurité et de bonheur. Je m’endormais parfois sur cette trame sonore rassurante (ce souvenir remonte à mes 3 ans, peut-être 4). Je me réveillais quand la machine arrêtait, car je savais qu’elle n’y était plus. Je me souviens clairement des heures passées à l’observer et à l’imiter. Fascinée, je la regardais mesurer les tissus avec son mètre toujours autour du cou, tailler les tissus d’une main experte avec un lame de son ciseau en biseau, coudre avec agilité, lire des patrons au papier jauni, à utiliser les aiguilles pour assembler les tissus avec son dé sur le bout du doigt, comme une bague spéciale de magicienne. Marraine faisait mes vêtements: salopettes, jupes, robes, pyjamas, chemisers, pantalons. Je me souviens des tissus; des motifs floraux, des tartans, des petits pois, du velour, du satin, des cotons.

J’ai grandit dans un monde devenu bien technologique. Je suis devenue réalisatrice et monteuse. Mais j’éprouve un très grand plaisir à faire de la couture, similaire à mon plaisir à faire du montage. J’ai soudainement eu un éveil: la couture, c’est comme du montage! Même fonction d’assembler les pièces choisies avec minutie, de jouer avec des textures, des formes, des couleurs. Un sens esthétique doublé d’une maîtrise technique. Même soucis du détail, même importance de la maitrise des outils pour arriver à la création. Un artisanat pour construire ce qu’on imagine, ce qu’on rêve, ce qu’on offre aux autres.

Les fauves (crise de la 40e?)

La nuit dernière j’ai rêvé à trois fauves blessés enfermés dans une cage. La symbolique voudrait dire que j’ai besoin de recul pour observer ma vie… « Fauves: Signifie que vous devez prendre un point de vue plus large sur votre vie ».

Je suis bien installée ici, dans notre nid Californien, à deux pas du Golden Gate Park de San Francisco. Nous avons maintenant quitté Montréal depuis quatre mois. Et je me suis donnée comme objectif de reprendre l’écriture plus sérieusement cette année, et de développer de nouveaux projets de vidéo et de création sur le web. Les projets vidéo que j’avais apportés avec moi sont maintenant terminés, livrés. Je pourrais me lancer à la recherche de contrats ici, mais je me force à faire le point (pas à cause du rêve, mais bon). Le temps passe, et les remises en question ne cessent pas, semble-t-il. Quelle est ma voie? Qu’est-ce qui est le plus important pour moi? Qu’est-ce que je veux accomplir? Dans quelle direction dois-je aller? J’entends une voix qui murmure encore faiblement, mais je sais que c’est elle que je dois écouter. Je dois foncer, être audacieuse et surtout disciplinée!

On gaspille tellement d’énergie à penser à ce qui aurait pu être. J’observe le parcour des autres, et je les trouve inspirants. Mais c’est leur voie, et je dois trouver la mienne. J’ai souvent fait des projets vidéo à petite échelle, et cela me laisse l’impression que je n’ai rien accompli. Je me dis alors que je devrais changer de cap. Un chapelet de professions me traversent l’esprit, et je me questionne si je dois aller dans cette direction: massothérapie? enseigner le yoga? m’ouvrir un restaurant? une boutique? faire de la création d’objets à partir de matériaux recyclés? faire de la radio? travailler dans le milieu écologique? … je cherche ma place dans le monde, en mode profil bas. Je veux éviter le stress, la pression folle induite dans notre société de performance. Je me sens bien, mais j’ai l’impression d’avoir manqué ma ‘carrière’, ou de passer à côté de quelquechose. Comme si tout mon potentiel n’avait jamais vraiment été révélé. Je sens que j’ai tant à donner au monde…

Je suis une bête étrange. J’ai toujours été solitaire dans mon travail, alors que je suis sociable à l’extrême dans la vie. J’aurais pu faire carrière dans des boîtes de multimédia ou en télévision, et je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas fait. Ce n’est pas arrivé, je ne l’ai pas cherché, trop occupée à autre chose. Mais aujourd’hui, je cherche encore ma place dans le monde. Depuis le début de mon parcour professionnel, j’ai eu de belles périodes prolifiques, des moments de ‘flow’ où je me sentais tout-à-fait à ma place. Mais ces moments sont en équilibre précaire dans mon chemin de pigiste, toujours funambule sur le fil de nouveaux projets. Des cycles de création qui s’étirent sur quelques mois ou quelques années mais qui se terminent relativement vite (par rapport à un travail dans une compagnie, par exemple). Je ne suis pas certaine d’avoir véritablement progressé…

Paradoxale, vous dites? Je livre ici mes doutes, mais je cueille aujourd’hui le fruit de mon travail des derniers mois. Lundi à 21h sera diffusé à Télé-Québec (au Québec seulement) le documentaire From Montréal sur la scène musicale montréalaise que j’ai réalisé. Je suis vraiment fière de ce projet, un beau travail d’équipe. Je me suis follement amusée à faire ce projet, dans un contexte idéal. Mais réaliser du documentaire, ça vous tombe pas dessus tous les jours…

Ma vie à San Francisco

Faire le saut. Décider de partir. Même quand on aime sa ville. Même quand on aime sa vie. Se lancer dans le vide. Partir. Quitter Montréal pour San Francisco. Au moment d’un changement social. Avec en mémoire un cliché magique de sa ville qui bouge. Les carrés rouges en mémoire. Laisser des amis précieux derrière à Montréal. Atterir ici. Californie. Avec mon Grand Amour. Apprivoiser le nouveau. Refaire un nid. Savourer la lune de miel #383. Sentir un quartier. Aimer l’énergie. Aimer les gens. Se sentir accueillie. Voir ce qui est possible. Voir venir. Prendre du recul. Rêver. Terminer des projets. Pour pouvoir en commencer de nouveaux. Vivre une pause. Regarder les gens aller. Être témoin de la cicatrice de l’Amérique. Voir le fossé entre riches et pauvres. Témoigner. Se laisser imprégner de l’air salin. La tête dans la brume des matins de Frisco. Chercher l’inspiration dans l’air frais. Vivre. Attendre le rythme. Refaire son nid. Aimer. Faire le rythme. Aller de l’avant. Attendre. Devenir patience. Se grounder. Savourer.

Retrouver la joie

Une fois les tempêtes passées, la vie pour moi ne veut pas dire le calme. Le bonheur est résolument dans l’action, dans les vagues qu’on surfe avec délectation, dans les mouvements avec lesquels on danse, dans l’ondule de cette vie qui bouge, vibrante. Cette façon de vivre me ressemble davantage, et j’apprécie les moments de tranquilité et de contemplation à leur juste valeur. Je le savais, mais maintenant je l’ai vérifié, l’inertie me tue à petit feu. Mon sourire est franc, mon coeur bat, ma tête s’active. Je me suis retrouvée.