Archives du mot-clé Cheminement

Les fauves (crise de la 40e?)

La nuit dernière j’ai rêvé à trois fauves blessés enfermés dans une cage. La symbolique voudrait dire que j’ai besoin de recul pour observer ma vie… « Fauves: Signifie que vous devez prendre un point de vue plus large sur votre vie ».

Je suis bien installée ici, dans notre nid Californien, à deux pas du Golden Gate Park de San Francisco. Nous avons maintenant quitté Montréal depuis quatre mois. Et je me suis donnée comme objectif de reprendre l’écriture plus sérieusement cette année, et de développer de nouveaux projets de vidéo et de création sur le web. Les projets vidéo que j’avais apportés avec moi sont maintenant terminés, livrés. Je pourrais me lancer à la recherche de contrats ici, mais je me force à faire le point (pas à cause du rêve, mais bon). Le temps passe, et les remises en question ne cessent pas, semble-t-il. Quelle est ma voie? Qu’est-ce qui est le plus important pour moi? Qu’est-ce que je veux accomplir? Dans quelle direction dois-je aller? J’entends une voix qui murmure encore faiblement, mais je sais que c’est elle que je dois écouter. Je dois foncer, être audacieuse et surtout disciplinée!

On gaspille tellement d’énergie à penser à ce qui aurait pu être. J’observe le parcour des autres, et je les trouve inspirants. Mais c’est leur voie, et je dois trouver la mienne. J’ai souvent fait des projets vidéo à petite échelle, et cela me laisse l’impression que je n’ai rien accompli. Je me dis alors que je devrais changer de cap. Un chapelet de professions me traversent l’esprit, et je me questionne si je dois aller dans cette direction: massothérapie? enseigner le yoga? m’ouvrir un restaurant? une boutique? faire de la création d’objets à partir de matériaux recyclés? faire de la radio? travailler dans le milieu écologique? … je cherche ma place dans le monde, en mode profil bas. Je veux éviter le stress, la pression folle induite dans notre société de performance. Je me sens bien, mais j’ai l’impression d’avoir manqué ma ‘carrière’, ou de passer à côté de quelquechose. Comme si tout mon potentiel n’avait jamais vraiment été révélé. Je sens que j’ai tant à donner au monde…

Je suis une bête étrange. J’ai toujours été solitaire dans mon travail, alors que je suis sociable à l’extrême dans la vie. J’aurais pu faire carrière dans des boîtes de multimédia ou en télévision, et je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas fait. Ce n’est pas arrivé, je ne l’ai pas cherché, trop occupée à autre chose. Mais aujourd’hui, je cherche encore ma place dans le monde. Depuis le début de mon parcour professionnel, j’ai eu de belles périodes prolifiques, des moments de ‘flow’ où je me sentais tout-à-fait à ma place. Mais ces moments sont en équilibre précaire dans mon chemin de pigiste, toujours funambule sur le fil de nouveaux projets. Des cycles de création qui s’étirent sur quelques mois ou quelques années mais qui se terminent relativement vite (par rapport à un travail dans une compagnie, par exemple). Je ne suis pas certaine d’avoir véritablement progressé…

Paradoxale, vous dites? Je livre ici mes doutes, mais je cueille aujourd’hui le fruit de mon travail des derniers mois. Lundi à 21h sera diffusé à Télé-Québec (au Québec seulement) le documentaire From Montréal sur la scène musicale montréalaise que j’ai réalisé. Je suis vraiment fière de ce projet, un beau travail d’équipe. Je me suis follement amusée à faire ce projet, dans un contexte idéal. Mais réaliser du documentaire, ça vous tombe pas dessus tous les jours…

Au tournant du chemin

La vie est une marche perpétuelle. Ma petite vie a commencé dans un sentier dans la forêt (cui-cui). Après l’enfance et l’adolescence, j’ai trouvé ma voie qui s’ouvrait dans une clairière. Tout était très clair, sans être précis. Je voulais tout (comme dans la chanson d’Ariane Moffat): l’amour et l’épanouissement de l’artiste que je sentais en moi. Pendant de nombreuses années, j’ai marché sur un chemin de terre. Le petit sentier de gravelle de mes 20 ans s’est élargit de plus en plus, en une belle route, pleine de perspective. Le monde autours de moi changeait, et j’évoluais avec lui. J’observais, de loin, le bout du chemin. Au bout, je pouvais voir, il y avait la mer. Cette grande étendue d’eau, vaste et belle, hypnotisante et magique, c’était la vie devant moi. Je sentais l’excitation monter en moi, de rejoindre bientôt la mer, en savourant bien chaque moment de plaisir en route, en prenant conscience de tout un peu plus à chaque pas posé à même le sol brûlant, chaque pose sur le sol glacé.

Je sentais qu’en retrouvant le mer, ce serait une étape imortante, une toute nouvelle perspective. J’ai toujours avancé avec une belle liberté, sans perdre la mer de vue, mais en me trompant un peu de chemin parfois. Errances émotives, découvertes professionnelles, explorations à tous les niveaux. Ma route prenait son sens dans mon avancée, parfois ralentie par les fleurs du tapis, en d’autres moments accélérée par mon enthousiasme et ma passion pour la vie.

Toujours est-il que je suis arrivée au tournant du chemin, face à la mer. Comme quand le sentier de gravelle devient en asphalte, et que ça roule soudainement sans bruit: krrrrrrr, tchlak, ffffffffffffffff. Et dans ma tête, les tambours, la joie. Je suis en bordure de la mer, je la hume, j’y touche bientôt. C’est beau et grand. J’ai trouvé mon Grand Amour il y a quelques années (oui ça existe), nous avons fait notre nid en ville (je suis comblée), nous voulons un enfant (bien lire: non, je ne suis toujours pas enceinte) et j’ai de nouveaux défis professionnels qui correspondent en tout à ce que je cherche à accomplir depuis de nombreuses années (pincez-moi, je ne rêve pas).

Et maintenant, je fais quoi? Je fonce, encore. Et je n’ai pas l’intention d’y aller à la nage.

Loin de la tourmente

J’ai parfois l’impression d’être dans le futur. Vivre libre et dessiner soi-même les contours de sa vie amène une grande satisfaction. Il n’existe aucune limite à ce qui est possible, si on est prêt à mettre les efforts, les sacrifices et le travail pour y parvenir. Je tente de vivre au diapason avec mes valeurs et mes objectifs, autant que possible. Le prix a payer en vaut largement la chandelle. Mais avant de pouvoir y parvenir, il faut avoir les idées claires. Et c’est un processus de tout les instants, de garder l’esprit alerte, de rester conscient. Il faut parfois des petits détours avant de retrouver son chemin, mais on réalise après coup que ce détour n’en était pas un. Chaque détour nous apporte quelquechose, et s’inscrit dans notre parcours avec une grande logique. Mais il faut parfois un peu de temps pour avoir cette perspective.

Changements

Pour ceux qui croient à ces notions, je pourrais dire que je nous sommes dans une période astrologiquement très chargée. Tellement de changements dans ma vie, dans nos vies, dans les vies de ceux qui sont près de moi. Changement de travail, d’environnement, départ, retours, nouveaux départs, deuils, transitions, déménagements, fin de projets, accouchements, voyages. La vie tourne à plein, à étourdir ceux qui ne sont pas solidement arrimés au sol. Je dois être forte et légère, savoir canaliser toutes ces forces telluriques qui pourraient m’emporter si je n’y prête pas attention.

C’est maintenant un processus en marche, nous allons consolider nos lieux de vie pour le début de l’automne, et s’établir en ville tous ensemble. Nous devons trouver un appartement pour 5 personnes (pour l’instant!), avec un jardin et une grande pièce commune. Adieu banlieue nord. J’ai tellement voulu quitter cet endroit, car le mode de vie ne correspond pas à ce que je cherche.

Mais maintenant, avec toutes les contradictions dont je suis capable, je considère les jolis côtés que je m’aprête à quitter. Les oiseaux nombreux dans cette région des basses-laurentides, mon parterre de fleurs et mes rocailles remplis de vivaces luxuriantes et heureuses, les grands espaces extérieurs, la rivière à proximité, la maison si lumineuse que nous avons joliement redécorée, la mobilité des enfants dans ces lieux si familiers, leur automonie dans ces lieux, l’espace de la maison, la cuisine à aire ouverte où nous adorons tant cuisiner tous ensemble et partager nos repas. Mais je quitte aussi tout ce qui m’a dérangé si longtemps: le mode de vie des banlieusards, le traffic, la distance qui me sépare de Montréal, le temps de voyagement, la pollution générée par nos déplacement, le coût de l’essence, la distance qui me sépare de mes amis, la maison qui ne correspond plus à nos besoins, le temps à investir pour entretenir deux lieux de vie, le fait de vivre à deux endroits et de se sentir éparpillé, la vie de quartier qui n’est pas celle de Montréal. Je dois accepter de partir, lâcher prise. Et trouver la perle rare d’appartement qui me fera oublier tout ce que je quitte…

Changement de saison

Je suis prête pour du neuf. Je termine tous mes projets, j’arrive à la fin d’un cycle de productivité. Je suis aussi en questionnement: qu’est-ce que j’ai envie de faire maintenant? Réalisation, montage? Télé, cinéma, web? Je dois faire le point, et refaire mes forces. Je dois me centrer avant de me relancer dans de nouveaux projets. Je suis assaillie de doutes sur la bonne voie à prendre. Rien de mieux qu’un peu de recul pour le faire. Avec le printemps viendront les fleurs et les nouveaux projets. Mais avant, il reste un peu de temps à hiberner…

Besoin de gentillesse

Je termine plusieurs projets, et l’hiver s’achève. Mes batteries sont à terre. Une fatigue insistante ne semble pas vouloir me lâcher. Mon grand amour s’est envolé pour quelques jours pour son travail. Je me retrouve seule, avec ma fatigue qui accentue un sentiment de lassitude qui pourrait friser l’épuisement si je ne fais pas quelque chose pour améliorer mon sort. J’ai besoin de gentillesse autours de moi. Beaucoup. C’est pas difficile d’être gentil. Un mot, une phrase, un sourire, un coup de téléphone. Je dois probablement me dire que la gentilesse sera dans le regard que je porte, et non l’attendre des autres. Sinon, je pourrais être déçue…

Le meilleur remède: je vais me faire plaisir. On est jamais si bien servi que pars soi-même, après tout!

L’amitié

Je devrais toujours me souvenir qu’après un phase d’angoisse et de déprime suit toujours un moment de plénitude et de joie. Toujours. (C’est Étienne qui le dit). Je suis comme ça, c’est tout. Et cette vague arrive par la porte de l’amitié (formule kétaine et véridique). J’aime mes amis. Tellement. Ils me font du bien. Ils sont là, autours de moi: par l’écran, le téléphone, la vraie vie. J’aime les humains, et ils me le rendent bien. Ce que j’aime le plus: faire rire mes amis. Le test pour savoir si je deviens amie avec une personne: est-ce que je la fais rire? Mon intense satisfaction: accompagner mes amis jusqu’aux larmes (de rire). Des fois je me trouve drôle moi-même (mais il ne faut pas le dire, ça gache tout). C’est comme de la chimie, avec certaines personnes je suis drôle, avec d’autres pas du tout. Parfois, avec mon homme, on a 5 ans. C’est une forme d’humour très légère et simple (parfois douteux), qui guérit de tout. Je le regarde et je le vois à 5 ans, pour vrai, et on rigole. On aurait été des vrais amis, même à cet âge, j’en suis certaine. On aurait fait pleins de mauvais coups ensemble. Aujourd’hui, on fait des bons coups.

J’ai très hâte, ce soir mes copines viennent souper. Au menu: poulet cacciatore et salade mesclun.

Se faire du bien

J’ai confié mes états d’âmes vacillants à une amie. Elle m’a simplement conseillée de me faire un petit plaisir par jour. Alors je dresse ici la liste des choses que j’aime et qui me font du bien:

– Écrire des billets
– Parler à des amis
– Lire mon journal avec un café au lait
– Sourire pour rien, spontanément
– Pardonner
– Manger des chips crunchantes
– Faire du ski de fond (avec ciel bleu)
– Faire du Yoga
– Chanter
– Écrire un bon texte
– Avancer (dans le sens: éliminer un item de la « to do list »)
– Prendre le temps

Paresse et discipline de création

Joie. C’est mon thème pour cette nouvelle expo que je prépare.
Je vais sortir de l’écran, pour l’Agence topo. Pour une performance-installation de poésie.
http://www.sortirdelecran.ca/

Paresse

Je suis en train de me demander si je ne vais pas accueillir les gens en pyjamas dans la galerie d’art. Parce que je me sens terriblement paresseuse. J’aime dormir. Je trouve les oreillers blancs et les couettes de plume d’une incalculable poésie. Je trouve que les matelas confortables sont des nuages de paradis. J’aime ne rien faire, réfléchir à la lumière, écouter les gouttes d’eau qui tombent, le vent dans les fenêtre, la poussière qui danse dans le soleil. Je suis contemplative. J’aime aussi ne rien faire de façon constructive: lire mon journal (au lit), par exemple.

J’admire tous ces créateurs qui ont une discipline de fer: lever à l’aube, heures de rédactions de recherches planifiées, structurées, efficaces. Compte-rendus, rendez-vous d’affaire, planification, entrainement, cours de ressourcement, organisation. Zéro procrastination. Chapeau. Je n’y arrive pas. Je suis paresseuse. Certains en doutent car ils voient mon CV et une liste longue comme ça de projets, mais c’est de la poudre aux yeux: je fais des projets de création depuis 1996! Et même, avant ça si on prend en considération tous ces cahiers remplis de textes, d’idées, de scénarios, de projets, de chorégraphies, d’histoires, et surtout de poèmes que j’ai rempli depuis mon plus jeune âge. Heureusement, j’ai eu suffisament de cette foutue discipline pour trier et publier ce que je considère comme le meilleur de ces textes épars!

Marrathon de création

Je pense que je suis davantage une courreuse de fond de la création. Pour preuve: je termine enfin mon documentaire sur Paul-André Fortier et son solo 30×30. J’ai réalisé, monté et produit le film seule, avec l’argent que Fortier danse à réussi à nous dégotter pour faire le projet (financé par le Conseil des Arts de Montréal). Je suis très heureuse de la musique composée par le talentueux Martin M. Thétrault. En ressort donc un documentaire de 52 minutes: Journal d’un danseur nomade. Le film fait le récit du projet fou de Fortier: danser 30 jours en ligne, pendant 30 minutes, dans des lieux urbains surprenants, beau temps, mauvais temps, sous le nez des passants. Le périple se déroule de NewCastle (où je suis allée filmer il y a deux ans), à Yamagushi, en passant par Nancy, Ottawa et Montréal. J’ai passé un très grand nombre d’heures à tenter de tirer un film intéressant de ces dizaines d’heures (plus de 20) d’images de performance. J’ai volontairement omis toute entrevue du film assez rapidement. Soyons francs: Paul-André n’aime pas tellement les entrevues. Mais il m’a ouvert son journal de voyage avec générosité, et j’ai pu en tirer un récit narratif très intéressant pour comprendre son parcours, en réponse à des images qui parlent déjà beaucoup. La musique de Martin est venu rendre tout ce tableau beaucoup plus homogène et fluide, il a complètement réussi à rendre les textures et les ambiances que j’entendais dans ma tête.

Mais je dévie. Je vous entretenais de ma paresse. Elle est relative, au fond. Je suis quand même en train de faire 5 projets de front: finaliser ce film (la ?#$#%$ de distribution), monter « Joie », préparer un nouveau contrat pour le conseil des arts, clore l’Émission-VOX et entreprendre des nouvelles chroniques pour Premières vues, toujours à VOX. Mais je fais quand même des siestes. Faut dire que je me suis levée à 6h00… Quand je vous disais que je suis paresseuse…

Banlieue vs ville… (saga)

Je réponds ce matin à un très bon commentaire écrit par Marie-Michèle Poisson sur un billet écrit précédemment. Aussi posté sur mon billet « où vivre« .

***

Merci Marie-Michèle de cette généreuse réflexion. Elle coincide superbement avec mes discussions de ce matin avec mon amoureux. Alors que nous étions dans le train qui quittait la banlieue pour venir travailler en ville, nous pensions justement à l’adaptabilité des enfants (nous en avons trois; 10, 12 et 14 ans, et nous planifions en avoir un nouveau le plus tôt possible). Les enfants ne seront pas déracinés de leur banlieue car ils connaissent déjà la beauté de la ville, et tous ces avantages. Quand à un nouvel enfant, il grandira dans un milieu de vie où la voiture ne trône pas en reine.

Votre discour fait écho à toutes mes réflexions: laideur adsurde d’un urbanisme axé sur l’automobile, abscence de stratégie de développement et expansion des logements et des commerces. Et la cerise sur le gâteau: manque flagrant de poésie. Oui, je parle de poésie, car pour moi il est clair que la banlieue fait face à un manque criant de beauté. Et à un manque de logique dans son fonctionnement!

En fait, je pense qu’une banlieue intelligente pourrait émerger d’une réflexion sur sa structure. Certains quartiers européens (en Allemagne, au Pays-bas) ou californiens sont développés sous forme de villages d’où la voiture est proscrite. Les services offerts par des petits commercants locaux sont centralisés dans un place publique centrale autour de laquelle sont placés les logements, à quelques centaines de mètres (agréables à marcher). Des aires publiques sont aménagées pour que les gens puissent profiter des agréables espaces verts et des grand arbres magnifiques laissés intactes lors de la construction du quartier. Les services de transports en communs menant vers la ville sont efficaces et réguliers, et les trains confortables permettent de gagner le lieu de travail en 30 minutes ou moins.

Rêve? Non! C’est possible! Et pourquoi pas chez nous?