Nutritionniste demandée

Ceci est un bilan de santé; c’est aussi un appel à des pistes de solutions de votre part…

Depuis mon enfance j’ai des problèmes de maux de coeurs le matin. Non, non, je ne suis pas enceinte. Mais simplement: j’ai mal au coeur et je vomis trop souvent. Depuis une dizaine d’année, j’ai pas mal contrôlé le problème, apprivoisé mon corps, appris à le traiter doucement. J’ai travaillé d’abord ma gestion de stress, élément #1 causant mes vomissements presque quotidiens d’adolescence. Puis j’ai pratiqué différents sports régulièrement, surtout de la danse, du yoga. J’ai aussi changé mes habitudes de vie; moins d’alcool qu’à l’université, meilleure nourriture que dans mes périodes de rush d’étudiante, heures de repas plus régulières, respect du sommeil. Malgré tout cela, j’ai encore le même problème trop souvent à mon goût. Puis mes migraines sont un peu revenues. Ou beaucoup. Je dois retourner voir mon osthéopathe, qui avait contribué à éliminer ce douloureux problème dans ma vie l’an dernier. Mais maintenant je souffre du « package » total; migraines causant maux de coeurs et vomissements, et douleurs menstruelles qui m’empêchent de fonctionner. Je suis trop souvent sur le carreau à mon goût. J’en ai marre de me sentir « hors-service ». Je suis une personne pleine d’énergie, mais quand ça flanche, c’est très moche. Et là, j’aimerai beaucoup trouver des solutions. Vous avez des idées?

Migraine et ostéopathie

Le miracle semble se poursuivre pour moi: l’ostéopathie m’aide à soigner un problème vieux de près de 15 ans. Le nom de mon médecin? Jean-Luc Géhant 514-287-9024 (3875 Rue Saint-Urbain, en face de l’Hotel-Dieu)

Je me suis maintenant achettée un bouquin sur l’ostéopathie, je vous écrirai à ce sujet après mes lectures. Vous avez vu l’article dans La Presse de dimanche dernier? Cela démystifie beaucoup leur travail d’horlogers du corps humain, malheureusement méconnu. En bref: nous pouvons avoir pleinement confiance, ils sont compétents et bien formés.

Migraine guérie?


La rivière Richelieu glacée en janvier

La douleur est sournoise, elle s’installe doucement. Elle attaque un côté de la tête derrière l’oeil, mais affecte le corps entier. Épuisement, lourdeur, membres engourdis, pensées floues, vision floue, odorat hypersensible, audition amplifiée, perceptions déformées, nausées. On devient « out of order ». Ceux qui me connaissent m’ont souvent vue m’éteindre (mon rideau tombe) avec de sérieuses migraines. La peur du mal plane: l’épée de Damocles toujours au-dessus de la tête…

Puis peu à peu on se résouds, on modifie ces habitudes qu’on identifie comme les causes du mal. On sort moins, on devient sage, on mange mieux, on fait régulièrement du sport, on cesse de fumer, de boire. Tout cela est bel et bon, me direz vous. Oui, dans une certaine limite. Ces dernières années, j’avais l’impression d’être entrée en religion. Entre habitudes de vie saines et vie cloitrée, il y a tout de même une différence. Surtout que toutes ces bonnes habitudes ne réglaient pas tout. Des migraines, j’en avais encore. Une madame lourdement parfumée s’assoyait près de moi au cinéma? Je ne voyais pas la fin du film: migraine. Un bon show la musique dans l’tapis, un bar enfumé ou une gorgée de vin pour goûter donnaient le même résultat: migraine. J’étais pris au piège, devenant asociale pour éviter le pire.

Puis a commencé la rumba des traitements: yoga, acuponcture, réflexologie, shiatsu, ostéopathie, naturophatie, médecine traditionnelle. J’ai même eu une rencontre à la clinique de la migraine de Montréal (financée par des grandes compagnies pharmaceutiques): la catastrophe. Après cinq minutes dans le bureau du médecin, il avait son crayon en main pour me faire une prescrition de médicaments anti-épileptiques. Effets secondaires: perte de poids, chagement d’humeur, légère modification de la personnalité. Quoi!? No way!

Après l’épisode de la clinique, j’ai persisté à trouver une solution naturelle. Pourquoi les migraines s’amplifiaient-elles, il devait y avoir une raison logique. J’ai vu quatre ostéopathes avant d’en rencontrer un qui a pu faire la différence. Il y a un mois de cela. Il a trouvé une déformation à ma colonne vertébrale au niveau du cou. Cela coupe la circulation sanguine vers l’estomac et le foie, mais aussi vers la tête. En période de stress le mal s’emplifie.

Tout cela fut redressé en deux séances: je me sens radicalement mieux! Je suis guérie? La tentation est grande de crier victoire, mais je dois être patiente. De toute façon je suis patiente depuis près de 15 ans… En attendant, je peux maintenant boire une bière fraîche sur une terrasse au soleil, sans risquer de mal de bloc qui tue!