Décès écologique


Je me questionne sans cesse sur mes choix de vies en lien avec le sort de la planète. Selon moi, plusieurs solutions à nos problèmes environnementaux se cachent (pas très loin) dans notre passé. Des solutions logiques et simples, respectueuses et non-violentes. Des remèdes de grand-mères, des pratiques ancestrales, une approche globale de la vie, de la mort.

On parle de plus en plus d’habitation écologique, de nourriture biologique, de vêtements éco, de desing vert. Mais la mort dans tout ca? Je fais ici allusion à l’industrie de la mort, et des rites funéraires. Avant l’heure dite où on trépasse, on y pense peu. Il faut être confronté à la mort d’un proche (ou avoir regardé la brillante série « Six feet under ») pour se poser des questions.

Personnellement, je ne veux pas être embaumée, maquillée, transformée. Je ne veux pas non plus être incinérée. Non. Je veux me décomposer naturellement dans un espace vert, joli, calme. Impossible? Non, car les rites funéraires verts sont à nos portes. C’est dans un article du Urbania du printemps dernier que j’en ai entendu parlé au départ. Ce fut une révélation. Oui, c’est possible de mourrir paisiblement, en accord avec la nature, sans être placé dans un cercueil kétaine et non-écologique, sans être embaumé de liquides chimiques toxiques pour l’environnement, sans être maquillé ridiculement comme pour aller à la mascarade. La mort n’est pas une farce, c’est un passage très important de la vie, et pour moi c’est sacré.

En Angleterre et aux États-Unis, il existe plus de 200 lieux d’inhumation écologiques. Ici au Canada, il existe une association Natural Burial Association, qui tente de mettre en place des lieux écologiques. Il existe aussi une coopérative The Natural Burial Co-operative, qui tente de faire progresser la situation pour établir des lieux naturels pour enterrer les morts.

Plusieurs écologistes et artistes à travers le monde font leur part pour offrir une alternative aux propositions traditionnelles de la puissante industrie de la mort. Vous pourriez reposer dans un très beau cercueil de papier recyclé conçu par Hazel Selina. Le modèle couvert de feuilles d’or, ou le modèle vert sont des objets très beaux, écologiques, et contemporain. C’est l’image que l’on se fait du cercueil du futur…

J’ai été fascinée par le projet Capsula mundi, conçu par Raoul Bretzel et Anna Citelli. Ils proposent de magnifiques oeufs de papier recyclé, dans lequel le corps repose en position foetale, comme au début de la vie. Les oeufs sont enterrés, et un arbre est planté au-dessus. Avec le temps, ses racines embrasseront votre dernière demeure. Poétique et écologique. J’aimerai tant pouvoir reposer de cette belle façon le jour où mon heure sera venue.

Vous pouvez trouver l’intégrale du texte de Sophie Massé publié dans le magasine Urbania, publié sur le blog Forest of memories