Derrière l’écran

[note aux lecteurs de ce blogue: ce texte fut écrit en direct et projetté sur écran devant public lors de ma performance à la Galerie La Centrale, dans le cadre du spectacle VIDA de la série SORTIR DE L’ÉCRAN de l’Agence Topo et NT2]

Bientôt je vais sortir de l’écran. Soyez patients…

Alice et Michel m’ont présentée, maintenant c’est à moi (heu, à nous de jouer).

Je blogue en direct. Vous pouvez lire mes pensées. Le rapport est très différent au texte, comparativement à l’oralité. Tout de suite s’établit un rapport intime. Vous êtes devant moi à me lire, mais vous lisez immédiatement mes penées. Bon, d’accord, je me contrôle, mais quand même. Ce rapport intime doit être transporté sur scène, d’où l’intérêt de ce spectacle où on me demande de « sortir de l’écran »… oui, d’accord, j’y vais, je me lance…

Vous êtes prêts?

Publicités

Répétition #2 – 4e session de blogue

[note aux lecteurs en ligne: ce texte est présenté sur grand écran dans la Galerie La Centrale, et sur la vitrine de la rue Saint-Laurent à Montréal, alors que j’écris en direct sur mon portable, assise au même endroit]

Vous venez de voir des images tirées d’archives familiales filmées par mon grand-père paternel, Louis-de-Gonzague Gélinas. Je pense que ces images furent tournées vers 1952. Les enfants sont mes oncles, tantes et mon père. Dans la prochaine séquence, on verra ma famille lors d’une fête familiale à Mont-Saint-Hilaire, vers la même époque. Ces images sont en couleur et c’est magnifique de voir l’été, la fête et les enfants qui jouent. Le texte que je vais vous lire fut écrit pour ma grand-mère maternelle, venue de Belgique à la même époque. Vous entendrez donc un texte qui parle de ma grand-mère maternelle sur des images où l’on voit ma grand-mère paternelle! La rencontre improbable est très belle pour moi. Les synchronicités sont touchantes.

Répétition #2 – 3e session de blogue

Je présente maintentant des textes tirés de mon dernier recueil de poésie L’emportement, suivi de plaisir le film. Ces textes ont été publiés à quelques centaines d’exemplaires, et j’en suis bien contente. Mais je dois avouer que la facilité de publication du blogue me satisfait aussi, quand à la diffusion de mon travail en poésie. 1500 lecteurs hebdomadaires, contre 400 livres publiés. Disons que ça fait réfléchir. J’aime bien l’objet qu’est le livre, mais pour diffuser son travail, le blogue est tellement efficace et direct. C’est merveilleux pour une personne spontanée comme moi. Tous les textes poétiques que je pouvais écrire pour moi, je peux maintenant facilement les partager. Mais je vais quand même vous faire en direct quelques textes tirés de L’emportement.

Répétition #2 – 2e session de blogue

[note aux lecteurs en ligne: ce texte est présenté sur grand écran dans la Galerie La Centrale, et sur la vitrine de la rue Saint-Laurent à Montréal, alors que j’écris en direct sur mon portable, assise au même endroit]

Tout se déroule assez bien. Sauf que j’ai complètement oublié que j’aimerai bien avec un chrono avec moi. Je pense que je vais voler celui de Joss… ok, Joss? [note pour les lecteurs de ce blogue: oui, c’est notre Joss national qui fait le son de la performance, merci Joss!]

Répétition #2 – première session de blogue

[note aux lecteurs en ligne: ce texte sera projetté sur grand écran dans la Galerie La Centrale, et sur la vitrine de la rue Saint-Laurent à Montréal, alors que j’écrirai à côté, sur mon portable]

Nous faisons une nouvelle répétition. Ce matin j’ai fait un test d’écriture de mes textes d’intro en 5 minutes. Je suis arrivée à raconter quelques anectodes. Mais c’est bref.

Je parlerai donc de mon processus de création, de ce qui m’a amené à « sortir de l’écran », sur invitation de Michel et Éva, de l’Agence Topo. J’ai décidé de faire des textes de poésie, en performance en direct, avec des images filmées pour l’occasion, mais aussi avec des images d’archives qui évoquent le thème qui m’est cher: la joie, la quête du bonheur. J’ai donc demandé à Karine de remixer ces images en direct, afin d’ajouter de l’interactivé. Mais la clef est aussi mon idée de blogguer en direct, non seulement de vous écrire ceci en direct, mais aussi de lire sur le ton intime de mon blogue.

Essai du texte pour l’accueil des gens ce soir…

Je prépare cette soirée depuis longtemps. Eva et Michel, de l’Agence Topo, m’ont invité à faire ce show “sortir de l’écran” il y a un an. C’était dans un resto chinois et il neigait comme aujourd’hui. J’ai été enchantée. Le projet se fait en collaboration avec le labo NT2 de l’UQAM, un centre de recherche sur les “nouvelles narrativités”. Tout mon processus a été fait en fonction de ces deux notions: sortir de l’écran, et nouvelles narrativités. Je voulais d’abord faire un spectacle de poésie, avec des projections, évidemment, moi qui vient du cinéma. Mais je voulais dépasser cela, offrir un peu plus de vie. Alors j’ai pensé faire appel à une VJ pour remixer mes images, et leur apporter une autre perspective, une interactivité sur scène. Et puis le blogue… très imortant pour moi… que j’ai décidé d’amener sur la scène, comme vous le voyez. [note aux lecteurs en ligne: ce texte sera projetté sur grand écran dans la Galerie La Centrale, et sur la vitrine de la rue Saint-Laurent, alors que j’écrirai à côté, sur mon portable]

Ça y est!

Ok. Vraie répétition. C’est parti. Je dois bloguer pour 5 minutes, ou moins. Bon, ce texte est bidon aujourd’hui, mais je vous promet que ce sera nickel demain. Ok. Oui, je ris.

Heille, Eza: J’ai besoin de voir le chrono, ou de savoir ca fait combien de temps…

Eza: « ca fait 21 minutes »

Ok, merci!