Un peu de calme

Quelques mots épars ne suffisent pas à cultiver le calme
C’est le silence qui nourrit l’apaisement
Et les angoisses fondues au soleil
sous un souffle profond expient les zones grises

La nuit je rêve de glaciers immenses
D’un mouvement souple je survole les restes de doute
les craintes vermoulues
de désirs perdus
de dos voûtés
de mains tendues et anxieuses
de lèvres sèches assoiffées aux craquelures indéfinies

J’aspire un peu à respirer mieux
Je me ramène dans les coulées tropicales de forêts grasses et humides
Puis l’air chargé d’odeurs fécondes
entre par ma bouche et mes pores
avide d’air pur sans masacre

Je tente d’éteindre les idées lourdes
Par des mouvements amples
des enjambées larges au pas léger
Légitimes et frivoles longeant la rivière et son lit

Je tourne le dos à la mine exangue des morts-vivants de notre ère
J’ouvre les yeux sur le lourd héritage
des sans-souffles au béton trop dur
à la carosserie lourde et au pétrole poisseux

Que reste-t-il en pâturage survivant à tant de ravage bien pesé?
Sous la botte qui foule le sol miné
et au-delà de cette croûte odieuse
Le val-d’espoir peut-il se battre?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s