Abscence sombre (extrait)

Le rire oublié dans une fuite sans partage
l’ombre de la ville sonne faux
ce soir
Tu abdiques sans savoir l’outrage
que tu causes en me tournant le dos
encore
Rien ne peux épancher ma soif
de toucher le vrai l’intime le beau
parfois
Des murmures qui couvrent nos corps
abscents l’un de l’autre sans mots
ce soir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.